Actualisé 11.04.2014 à 18:30

Affaire Ben AliLa Suisse va restituer 35 millions de francs à la Tunisie

Berne s'apprête à restituer une partie des fonds du clan Ben Ali à Tunis, c'est-à-dire 40 millions de dollars (35 millions de francs). Ils avaient été gelés en 2011 à la suite de la révolution qui a renversé l'ancien président.

Le Ministère public de la Confédération.

Le Ministère public de la Confédération.

Archives/photo d'illustration

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a ordonné mercredi la restitution anticipée de fonds appartenant à l'un des membres du clan de l'ex-président Ben Ali.

«C'est le résultat d'une bonne collaboration avec les autorités tunisiennes», a expliqué le procureur général de la Confédération Michael Lauber vendredi à la radio alémanique SRF. Le MPC avait reçu une demande d«entraide judiciaire de la Tunisie.

C«est dans le cadre de cette requête qu'il a décidé le transfert des avoirs, après s'être assuré de l'origine criminelle des fonds, comme l'a précisé Michael Lauber au «12h45» de la RTS. La décision peut toutefois faire l'objet d'un recours devant le Tribunal pénal fédéral.

Le président tunisien Moncef Marzouki a indiqué vendredi soir dans l'émission «Forum» de la RTS que «la demande de la Tunisie avait été entendue. Espérons que ce processus de restitution ne va pas s'arrêter là, également dans d'autres pays que la Suisse», a-t-il précisé. Selon lui, le feu vert donné par Berne «est un bon signal pour la justice dans un monde qui souffre précisément d'injustice».

Entre 15 et 50 milliards

A la chute du président tunisien Zine al-Abedine Ben Ali en janvier 2011, le Conseil fédéral avait bloqué 60 millions de francs déposés sur des comptes suisses. Le Ministère public de la Confédération espère pouvoir débloquer prochainement les actifs restants.

Zine al-Abedine Ben Ali est accusé par les nouvelles autorités tunisiennes d'avoir, avec ses proches, détourné entre 15 et 50 milliards de dollars au long de ses 23 années de règne.

Selon la Banque mondiale, le clan Ben Ali captait près d'un quartdes bénéfices du secteur privé en Tunisie. Un cadre réglementaire protégeait ses intérêts de la concurrence.

Fonds Moubarak

Dans une autre procédure en cours, Berne travaille conjointement avec les autorités égyptiennes pour déterminer la provenance des avoirs de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak, gelés par la Suisse.

Le Conseil fédéral avait prolongé en décembre, pour trois ans, le blocage de ces fonds, qui s'élèvent à environ 700 millions de francs.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!