Ski alpin - La surprise Curtoni, le podium de Gisin et la chute de Goggia
Publié

Ski alpinLa surprise Curtoni, le podium de Gisin et la chute de Goggia

L’Italienne a surpris les favorites et gagné un spectaculaire Super-G de Cortina d'Ampezzo. L’Obwaldienne, 3e, ne lui a cédé que 24 centièmes.

par
Sport-Center
Elena Curtoni a fait la loi.

Elena Curtoni a fait la loi.

AFP

Sa maison de Cosio Valtellino est peut-être située à plus de 5 heures de route de Cortina, mais Elena Curtoni s'est tout de même sentie comme à la maison. Elle a fêté dimanche sa 2e victoire en carrière sur le cirque blanc, sa première en Super-G, et c'était une petite surprise. L'Italienne a parfaitement tiré son épingle d'un jeu où elle n'a pas fait de faute, là où ses adversaires les ont accumulées, sur un tracé exigeant. Celle qui fêtera ses 31 ans le 2 février prochain a devancé de 9 centièmes l'Autrichienne Tamara Tippler.

Cette fois, heureusement, la course a pu se disputer sur une piste complète. Le Super-G a ainsi été bouclé dans un temps de près de 15 secondes de plus que la descente amputée de la veille. Michelle Gisin en a profité pour montrer son amour de l’endroit et fêter son 8e podium en carrière, le 3e dans la discipline. La skieuse d’Engelberg avait terminé 6e en descente et manqué le top 3 pour 18 centièmes! Cette fois, les poussières de seconde sont tombées de son côté et elle est montée sur la «boîte», en devançant l’Italienne Federica Brignone de 0’’08.

Suter oui, Gut-Behrami non

Corinne Suter a aussi montré qu’elle était déjà à l’heure olympique, sur cette mythique Olympia delle Tofane, baignée de soleil. La Schwytzoise, chahutée sur la partie technique mais impériale sur les longues courbes du bas de piste, a confirmé qu’elle revenait tout proche de son meilleur niveau et s’est classée bonne 5e. Ca tombe plutôt bien en vue des courses qui se courront à Yanqing, mais ce n’est pas vraiment une grande surprise, pour cette skieuse qui aime les grands rendez-vous.

Lara Gut-Behrami ne pourra cette fois pas invoquer le vent qui soufflait samedi lors de la descente, qu'elle avait bouclée à une frustrante 9e place. La Tessinoise, qui compte pourtant trois victoires sur cette piste - dont deux en Super-G et le titre mondial qui allait avec l'hiver dernier - est de nouveau passée à côté de sa course. Le skieuse de Comano et son dossard 7 ont vu le chiffre 7 s'afficher en bas de la piste et ce n'est jamais bon signe. Au final, cette épreuve manquée a été bouclée à un très moyen 13e rang après le passage d’une trentaine de concurrentes et ne rajoutera pas d'excès de confiance dans ses bagages pour Pékin.

Frayeur pour Goggia

On a longtemps cru que Jasmine Flury allait aussi pouvoir jouer le podium, mais une faute à mi-parcours l’a rejetée assez loin sur la feuille des temps. En route pour une grosse performance, la Glaronaise (11e) a fait certes là une erreur rédhibitoire, mais elle restera tout de même un atout caché de choix en vitesse, en Chine, pour l’équipe de Suisse. Bien plus que Priska Nufer, reléguée à 2’’70, Joana Hählen, à 1’’18, ou Jasmina Suter, à 1''81.

La grosse frayeur de cette course, à deux semaines des JO, est encore une fois venue de Sofia Goggia. L’Italienne, ultra dominatrice dès que la vitesse sur les skis s’affole, a chuté violemment sur une piste qu’elle avait déjà difficilement domptée - mais gagnée - la veille. Il y a un an, elle s’était blessée en marge d’un entraînement à Garmisch et avait manqué ses Mondiaux «à domicile». Cette fois, elle a semblé souffrir du genou gauche après un improbable et spectaculaire grand écart en piste, à près de 100 km/h. La Transalpine a pu redescendre dans l’aire d’arrivée sur ses deux skis, mais l’inquiétude demeure.

Votre opinion