Projet d’attentat jihadiste en France - La suspecte de Béziers face à la justice antiterroriste
Publié

Projet d’attentat jihadiste en FranceLa suspecte de Béziers face à la justice antiterroriste

La jeune femme de 18 ans avait été arrêtée à Béziers, durant le week-end pascal, après des «renseignements faisant état d’une menace d’attentat contre une église».

La perquisition avait été diligentée en urgence. Les policiers de la DGSI, assistés du RAID, ont saisi plusieurs choses. 

La perquisition avait été diligentée en urgence. Les policiers de la DGSI, assistés du RAID, ont saisi plusieurs choses.

AFP

La jeune femme de 18 ans arrêtée à Béziers, durant le week-end de Pâques, après des «renseignements faisant état d’une menace d’attentat contre une église», était présentée jeudi matin, à la justice antiterroriste en vue de sa mise en examen, a indiqué le parquet national antiterroriste (Pnat), dans un communiqué.

Au terme de quatre jours de garde à vue, L. B. a été amenée au tribunal de Paris, dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle doit être présentée à un juge d’instruction antiterroriste chargé de poursuivre les investigations pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle» et «détention de produits incendiaires ou explosifs» en relation avec une entreprise terroriste. Le Pnat entend requérir son placement en détention provisoire.

La jeune femme, «inconnue des services de renseignements», «jamais condamnée» et «déscolarisée depuis deux ans», avait été arrêtée dans la nuit de samedi à dimanche, après une perquisition à son domicile de Béziers, dans l’Hérault.

Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), assistés du RAID, ont retrouvé chez elle «plusieurs bouteilles de produits susceptibles d’entrer dans la composition d’explosifs (acétone, acide sulfurique, eau oxygénée)», ainsi que «deux dispositifs susceptibles de constituer des engins explosifs improvisés en cours d’assemblage», précise le Pnat.

Projets d’action violente

Les enquêteurs ont également mis la main sur «une photographie imprimée de la décapitation de Samuel Paty», le professeur d’un collège des Yvelines assassiné le 16 octobre, pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet, «ainsi que des photographies représentant des djihadistes armés».

En outre, «des notes manuscrites évoquant divers projets d’action violente» et d’autres «faisant référence» au groupe «Etat islamique mais également à certains symboles du nazisme» ont été saisies, détaille le communiqué.

La perquisition avait été diligentée en urgence dans le cadre d’une enquête ouverte samedi par le Pnat, après des renseignements faisant état d’une menace d’attaque en plein week-end pascal. «Un schéma d’une église située à proximité du domicile de la mise en cause» avait également été retrouvé par les enquêteurs, ajoute le Pnat.

La mère et les trois sœurs de la jeune femme, également interpellées, ont été remises en liberté entre lundi et mercredi. «Aucun élément n’est venu impliquer les sœurs et la mère de L.B. dans la préparation d’un projet d’action violente» et «aucun élément de radicalisation n’a par ailleurs été relevé les concernant», détaille le communiqué.

(AFP)

Votre opinion