Hockey sur glace: La Tchaux - Ajoie: trop de derbies avaient tué le derby
Publié

Hockey sur glaceLa Tchaux - Ajoie: trop de derbies avaient tué le derby

Ce mercredi, Ajoie accueillera La Chaux-de-Fonds pour un match qui avait été banalisé. Dans les montagnes neuchâteloises, on espère un retour aux bons vieux derbies.

par
Grégory Beaud
Lors de la saison 2017-2018, Leonardo Fuhrer (en blanc) a défié 10 fois le gardien Tim Wolf.

Lors de la saison 2017-2018, Leonardo Fuhrer (en blanc) a défié 10 fois le gardien Tim Wolf.

Keystone

Lors de la saison 2017/2018, le HC Chaux-de-Fonds et le HC Ajoie s'étaient affrontés... à dix reprises. «Une hérésie, se souvient Alain Dubois, président des Abeilles. Il était difficile de faire de ce match un événement.» A force de se croiser deux fois par mois, les deux formations romandes de Swiss League avaient fait de cette rivalité une routine. «Chaque année, nous organisons le Winter Derby, poursuit le dirigeant du HCC. Lors de la saison en question, nous n'avons pas senti le même engouement. Et je ne peux que le comprendre. Trop de derbies tuent le derby, si j'ose m'exprimer ainsi.»

«On en avait marre»

Et sur la glace? «On en avait clairement marre lorsque nous affrontions la HCC toutes les deux semaines, se souvient Alain Birbaum, défenseur fribourgeois d'Ajoie. Je compare cela à l'intérêt qui baisse autour de matches entre Fribourg-Gottéron et Berne. Lorsque j'étais jeune, c'était une immense rivalité. Ce n'est plus le cas avec six derbies par saison. C'est dommage et je suis donc content que nous ne nous défions que quatre fois en saison régulière.» Le fait que la rencontre soit télévisée ajoute un peu de sel supplémentaire. «Cela prouve que ce n'est pas un match comme un autre et même si notre attention a été longtemps focalisée sur le match de Coupe contre Lausanne, nous nous réjouissons beaucoup de ce match contre Chaux-de-Fonds», piétine Alain Birbaum.

Lors de l'exercice 2018-2019, le nombre d'affrontements était passé de dix à six. Un pas dans la bonne direction qui a eu un impact immédiat sur la fréquentation des deux patinoires puisque tant les Mélèzes que Voyeboeuf ont été mieux garnies la saison dernière que lors de la précédente.

Lors du championnat en cours, le premier derby entre les deux meilleurs clubs romands de deuxième division n'a attiré que... 1619 spectateurs. «Il y a plusieurs raisons qui ont mené à cette situation, détaille Alain Dubois. Nous avions perdu nos trois premiers matches et la rencontre s'est déroulée sur un week-end de très forte chaleur. Les gens avaient autre chose à faire. C'est d'ailleurs un peu dommage que cette affiche soit intervenue si vite dans la saison.»

«Paradoxal»

Une situation qui chatouille tout de même Alain Dubois. «Ce qui est paradoxal, c'est que nous réalisons une meilleure affluence pour un énième HCC - HCA que pour la réception de Biasca ou des GCK Lions, concède-t-il. Mais cela ne veut pas dire que c'est une bonne idée pour autant. Cela créée largement moins d'attentes et d'engouement.»

Ce retour à une certaine norme avec seulement quatre derbies a été possible pour plusieurs raisons. «Tout d'abord nous ne sommes plus onze dans la ligue, mais à nouveau douze, explique Alain Dubois. Cela rendait la formule d'avant caduque. Et les présidents de clubs ont poussé pour que nous cessions cette accumulation qui devenait néfaste.» Est-ce à dire que la patinoire de Voyeboeuf sera complète ce mercredi soir? «Nous sentons un vrai intérêt au niveau des réservations, nous répond-t-on du côté du secrétariat ajoulot. Mais il faut toutefois prendre deux facteurs en considération: le match est télévisé ce qui peut retenir certains spectateurs et le secteur pour les visiteurs n'est pas ouvert en raison des travaux dans notre patinoire. Ces deux points auront donc un impact sur le nombre de spectateurs.»

Toujours est-il que les matches entre Ajoie et Chaux-de-Fonds ont à nouveau une saveur particulière. Et cela réjouit tout le monde.

Votre opinion