Ski alpin: La télécabine «Daniel Yule» vole dans le ciel de Kitzbühel

Publié

Ski alpinLa télécabine «Daniel Yule» vole dans le ciel de Kitzbühel

Le slalomeur valaisan, vainqueur dans la mythique station autrichienne en 2020, a inauguré cette semaine une cabine à son nom.

par
Sylvain Bolt
Daniel Yule a inauguré une télécabine portant son nom à Kitzbühel. 

Daniel Yule a inauguré une télécabine portant son nom à Kitzbühel. 

KSC/alpinguin

Ce jour-là, Daniel Yule est entré dans l’histoire du slalom helvétique. C’était le 26 janvier 2020 à Kitzbühel. Sur le Ganslernhang, le Valaisan avait remporté le slalom de Kitzbühel, 52 ans après le dernier vainqueur suisse (Dumeng Giovanoli). Le skieur de La Fouly était aussi devenu le slalomeur suisse le plus prolifique de la Coupe du monde (4 victoires).

Comme le veut la tradition dans la station autrichienne, chaque vainqueur peut inscrire son nom sur une télécabine menant au sommet de la Streif. Rentré mercredi d’un stage de préparation en Argentine, le Valaisan a rejoint l’Autriche le lendemain pour l’inauguration de la «Gondole» Daniel Yule, qui a rejoint celles de Cuche, Feuz ou Collombin. «C’est exactement pour ce genre de moments qu’on s’entraîne si fort tout l’été, a expliqué le Suisse. Partager cette cérémonie avec ma famille, mon team et mon fan-club me donne de l’énergie pour l’hiver à venir et me motive!» 

KSC/alpinguin


Lors de la cérémonie protocolaire, le président du ski-club Kitzbühel a salué le héros suisse des piquets serrés. «En huit courses disputées ici, tu as terminé quatre fois dans le top 10 et deux fois dans le top 3», a rappelé Michael Huber, s’interrogeant sur cette régularité sur la piste du Tyrol. «J’aime les murs difficiles. Et ça me motive de pouvoir skier dans un endroit où l’histoire du ski est si forte!» lui a répondu le Suisse de 29 ans, qui a fait de nombreuses photos avec les membres de sa délégation. 

KSC/alpinguin

Jetant un œil sur le Hahnenkamm depuis la cabane de départ, Daniel Yule n’a pas semblé vouloir donner une nouvelle trajectoire à sa carrière. «Je suis vraiment heureux d’être un slalomeur. Respect à ceux qui descendent cette piste», a souligné le skieur de La Fouly, qui découvrait la terrible Streif pour la première fois depuis le sommet. Il pourra désormais observer la piste mythique depuis sa propre télécabine. 

Ton opinion