Mode: La tendance est au bandana de la tolérance
Actualisé

ModeLa tendance est au bandana de la tolérance

Ce bandana blanc accroché au poignet et promu par Tommy Hilfiger et Calvin Klein, est un message envoyé à Donald Trump.

1 / 150
Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Keystone
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

Keystone
La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

Keystone

Après Tommy Hilfiger mercredi, la marque Calvin Klein a décidé elle aussi de mêler mode et politique à l'ère Donald Trump, en appelant à porter un «bandana de la tolérance» lors de son défilé vendredi à la Fashion Week de New York.

Les journalistes appelés à couvrir son très attendu défilé - première collection du créateur belge Raf Simons depuis qu'il a quitté Dior pour rejoindre la marque de prêt-à-porter américaine - ont reçu un grand bandana blanc imprimé noir, accompagné d'un carton les appelant à le porter vendredi en signe d'«unité, d'inclusion et de tolérance».

Mercredi, au défilé de Tommy Hilfiger qui se déroulait pour la première fois à Los Angeles, tous les mannequins portaient un bandana blanc au poignet, qu'elles ont mis en avant lors de leur passage final en levant toutes le bras en même temps.

L'idée du bandana est partie du site spécialisé dans la mode «Business of Fashion»: il a lancé le hashtag #TiedTogether et appelé à porter le bandana afin de «prendre position clairement en faveur de la solidarité, de l'unité humaine, et de l'inclusion au milieu face à l'incertitude croissante et au discours dangereux qui alimente les divisions».

Message implicite

Même si aucun des messages ne mentionne directement Donald Trump ou son décret controversé contre les réfugiés et les ressortissants de sept pays musulmans - qui fait l'objet d'une bataille en justice - le message contre cette mesure est implicite. La semaine de la mode hommes, il y a quelques jours à New York, avait déjà été marquée par les initiatives de plusieurs créateurs, notamment Robert James, qui a fait défiler ses mannequins avec des pancartes hostiles à l'administration Trump.

Le puissant syndicat américain de la mode (CFDA) a de son côté lancé une opération de soutien au planning familial, dont le financement fédéral est menacé par l'administration Trump, par le biais de badges distribués durant les défilés.

Plusieurs des créateurs au programme de la Fashion Week new-yorkaise ont fait le déplacement à Washington, le 21 janvier, pour la marches des femmes, parmi eux Mara Hoffman ou Maria Cornejo.

(AFP)

Votre opinion