États-Unis - La terrasse d’une retraitée ravagée par des condors
Publié

États-UnisLa terrasse d’une retraitée ravagée par des condors

Sur les 200 rapaces recensés en Californie, près de 10% ont élu domicile sur le porche de la maison de Cinda Mickols. Non sans conséquences.

par
JChC
1 / 5
Les photos du porche et du toit de la maison de Cinda publiées sur le compte Twitter de sa fille.

Les photos du porche et du toit de la maison de Cinda publiées sur le compte Twitter de sa fille.

Twitter/Cinda Mickols
Les photos du porche et du toit de la maison de Cinda publiées sur le compte Twitter de sa fille.

Les photos du porche et du toit de la maison de Cinda publiées sur le compte Twitter de sa fille.

Twitter/Cinda Mickols
Les photos du porche et du toit de la maison de Cinda publiées sur le compte Twitter de sa fille.

Les photos du porche et du toit de la maison de Cinda publiées sur le compte Twitter de sa fille.

Twitter/Cinda Mickols

Tout a commencé les week-ends dernier avec l’arrivée d’une nuée de condors californiens sur le porche de Cinda Mickols. Cette veuve domiciliée dans les environs de Tehachapi, une ville comptant un peu plus de 14 000 âmes, s’est rapidement retrouvée envahie par les rapaces qui ont jugé l’endroit approprié pour s’y installer et d’y faire les dégâts que l’on peut attendre de la part d’animaux de cette taille. Car non content de compter parmi les plus grands oiseaux de la planète, ces derniers sont aussi les représentants d’une espèce menacée. Avec une estimation du nombre des visiteurs entre quinze et vingt, c’est près de 10% de la population recensée en Californie (200) qui ont ainsi élu domicile chez Cinda, rapporte le «San Francisco Chronicle».

Porche ravagé

Ce sont les photos de sa fille sur son compte Twitter qui, devenues virales, ont mis la lumière sur cette insolite situation: «près de 15 condors californiens ont fait une descente au-dessus de la maison de ma maman et ont complètement ravagé son porche. Ils sont toujours là.», avait-elle précisé. Ces dernières dévoilaient notamment de très visibles étiquettes de marquage posées dans leur plumage dans le cadre du programme du «California Condor Recovery» chargé de la réintroduction des rapaces dans l’État, de surveiller leurs déplacements et leur reproduction.

Plantes, drapeaux, jacuzzi…

Les condors se sont attaqués à la protection d’un jacuzzi, aux drapeaux décoratifs, aux plantes vertes, aux bois du porche et détruit tout ce qui ressemblait à du plastique, constate-t-elle. Sans parler des déjections diverses et variées. «Maman est aussi consternée qu’admirative, précise sa fille. Elle est consciente de vivre un instant mémorable mais c’est aussi une veuve à la retraite éprouvée par le nettoyage et ses tentatives de les faire déguerpir. Ils ont même eu le culot de perturber sa sieste! Dans le même temps, elle reste émerveillée de les voir voler et serait tout à fait disposée à les voir rester dans le coin pour autant qu’ils se tiennent éloignés de sa maison.»

Précieux conseils

Alertés de la situation, divers services de protection de la nature sont intervenus pour donner à la retraitée quelques précieux conseils en tenant compte du fait que le domicile de Cinda se situe historiquement dans un environnement qui était prisé par les condors pour sa richesse en nourriture. Ils l’ont ainsi encouragée de persister à prendre des mesures qui ne mettent pas leur vie en danger telles l’usage d’un tuyau d’arrosage, d’un épouvantail, clappements de mains, cris et autres hurlements. Après un début de semaine éprouvant, les condors ont abandonné la terrasse de Cinda mercredi matin. Mais ils ne sont pas partis bien loin, la retraitée a pu les observer tournant en cercle au-dessus de son domicile dès l’après-midi venu. Mais cette fois, «Ils ne se sont pas attaqués à la maison. Je croise les doigts pour qu’ils profitent de la région tout en restant de bons voisins», a twitté la fille de Cinda.

Pas loin de l’extinction

Les condors ne sont pas passés loin d’une extinction totale. En 1987, le dernier survivant à l’état sauvage a été capturé en Californie. On estimait alors qu’il ne subsistait plus que 27 de ces rapaces dans le monde. Un programme de reproduction en captivité a permis une certaine repopulation; mais les effectifs demeurent bas, précise le «San Francisco Chronicle».

Votre opinion