Publié

MaliLa tête de mort d'un soldat français fait le buzz

L’armée condamne, les internautes aussi. Cette photo d’Issouf Sanogo de l’AFP montre un soldat, le visage masqué par un foulard avec une tête de mort dans une rue de Niono, une ville reprise aux Islamistes

Un soldat français dans une rue de Niono, le 20 janvier 2013. Son masque a suscité l'ire de l'armée

Un soldat français dans une rue de Niono, le 20 janvier 2013. Son masque a suscité l'ire de l'armée

ISSOUF SANOGO, AFP

Elle a fait le tour d'internet en deux jours. Cette image, diffusée lundi, a déclenché suffisamment de réactions outrées pour que le porte-parole de la Grande Muette sorte de sa réserve: «Ce comportement n’est pas acceptable (...) Cette image n’est pas représentative de l’action que conduit la France au Mali à la demande de l’Etat malien».

Quel était l'objectif de ce soldat s’interroge Rue89. Effrayer, se moquer de lui même ou, comme le suggère Le Parisien, imiter Simon Ghost Riley, un personnage du jeu vidéo « Call of Duty».

Prise à Niono, une ville reprise par l'armée française aux Islamistes dans le nord du Mali, cette photo devait simplement raconter cette victoire. Les Internautes on réagi très vite. Leurs commentaires sur cette image allaient de «hallucinante» à «surprenante» en passant par «glaçante»…

Témoignage du photographe

Sur le site Rue89, Issouf Sanogo, auteur de cette image raconte simplement comment il en est venu est saisir ce moment. «Je me trouvais aux côtés de militaires français stationnés à côté d’un terrain vague, près de la préfecture de Niono», raconte le photographe de l’AFP.

«Un hélicoptère était en train d’atterrir et soulevait d’énormes nuages de poussière. Instinctivement, tous les soldats à proximité ont mis leurs foulards devant leurs visages pour éviter d’avaler du sable. C’était le soir. Les rayons de soleil filtraient à travers les arbres et les nuages soulevés par l’hélico. C’était une belle lumière. J’ai repéré ce soldat qui portait un drôle de foulard et j’ai pris la photo. Sur le moment je n’ai pas trouvé la scène particulièrement extraordinaire, ni choquante. Le soldat ne posait pas. Il n’y a aucune mise en scène dans cette image. Le gars ne faisait que se tenir là, en se protégeant le visage de la poussière, en attendant qu’un hélicoptère se pose. Personne, non plus, n’a tenté de m’empêcher de prendre la photo.»

Votre opinion