Politique – La Tunisie annonce son nouveau gouvernement
Publié

PolitiqueLa Tunisie annonce son nouveau gouvernement

Après plus de deux mois d’incertitudes, la Tunisie s’est dotée d’un nouveau gouvernement. Il se compose de 26 membres.

Najla Bouden s’était vu confier la formation du gouvernement.

Najla Bouden s’était vu confier la formation du gouvernement.

AFP

La Tunisie s’est dotée lundi d’un nouveau gouvernement, onze semaines après l’éviction du précédent cabinet par le président Kais Saied qui s’est arrogé les pleins pouvoirs. En pleine crise socio-économique et sanitaire et après des mois de blocage politique, M. Saied a invoqué le 25 juillet un «péril imminent» pour limoger le gouvernement et suspendre le Parlement avant de s’attribuer par décret de vastes pouvoirs le 22 septembre. Des mesures dénoncées comme un «coup d’État» par ses opposants et des ONG.

Pour la première fois dans l’histoire du pays, le gouvernement, qui a prêté serment devant M. Saied lors d’une cérémonie retransmise à la télévision, est dirigé par une femme, l’universitaire Najla Bouden, nommée le 29 septembre. Mais celle-ci ainsi que son équipe jouiront de prérogatives considérablement réduites après le coup de force présidentiel.

Dans un discours lors de la prestation de serment, Mme Bouden a affirmé que «la lutte contre la corruption sera le plus important objectif» de son gouvernement qui compte 25 membres, dont neuf femmes, outre sa cheffe. Elle a ajouté que son équipe œuvrerait pour «redonner aux Tunisiens confiance en l’État» et «améliorer leurs conditions de vie».

«Sauver l’État»

Seuls deux ministres dans le nouveau gouvernement, ceux des Affaires étrangères, Othman Jarandi, et de l’Éducation, Fethi Selouati, sont des rescapés de l’exécutif limogé. Le portefeuille de l’Intérieur a échu à Taoufik Charfeddine, un proche de M. Saied qui avait occupé ce poste en 2020 avant d’être limogé par l’ex-Premier ministre Hichem Mechichi. L’annonce du nouveau gouvernement survient au lendemain d’une nouvelle manifestation à Tunis contre les mesures d’exception décidées par M. Saied, à laquelle ont participé au moins 6000 personnes dans la capitale Tunis.

Lundi, M. Saied a réaffirmé devant le nouveau gouvernement que les mesures qu’il a prises depuis juillet visaient à «sauver l’État des griffes de ceux qui le guettent, à la maison comme à l’étranger, et de ceux qui voient leur fonction comme un butin ou un moyen de piller les fonds publics». «Ils ont allègrement pillé l’argent du peuple», a-t-il dit, sans identifier les parties visées par ses critiques.

M. Saied s’est engagé à jeter «dans les prochains jours» les bases «d’un dialogue national» destiné à sortir le pays de la crise. En dépit de la nomination d’une Première ministre, c’est le chef de l’État qui sera le réel détenteur du pouvoir exécutif. Il présidera le Conseil des ministres en vertu des «mesures exceptionnelles».

Première historique

C’est la première fois dans l’histoire de la Tunisie, pays pionnier dans le monde arabe en matière des droits des femmes, qu’une femme est chargée de diriger le gouvernement.

Depuis la présidence de Habib Bourguiba qui leur avait aménagé un code de statut personnel en 1956 interdisant la polygamie et la répudiation et autorisant le divorce, la Tunisie est considérée comme le pays du Maghreb à l’avant-garde pour l’émancipation des femmes.

Des militantes des droits des femmes ont salué la portée symbolique de la nomination d’une femme mais rappelé que M. Saied s’était par le passé illustré par des positions négatives sur l’égalité entre les sexes. Fin 2019, pendant la campagne électorale et une fois élu président, M. Saied s’est opposé à tout projet de loi mettant à égalité hommes et femmes dans l’héritage.

Une inconnue

Complètement inconnue du grand public au moment de sa nomination et dépourvue d’expérience politique Mme Bouden, 63 ans, ex-directrice générale au ministère de l’Enseignement supérieur, n’a pas de compétences reconnues en économie non plus.

Très endettée et dépendante des aides internationales, la Tunisie fait face à une profonde crise économique et sociale – chute du PIB, forte inflation, chômage à près de 18% –, aggravée par la pandémie de Covid. Le parti d’inspiration islamiste Ennahdha, principale force au Parlement suspendu, a jugé «inconstitutionnelle» la nomination de Mme Bouden.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires