News piquantes: La TV verticale, une idée qui ne tient pas debout
Actualisé

News piquantesLa TV verticale, une idée qui ne tient pas debout

Renversante, fuyante, délirante, alarmante, envahissante ou un poil trop pressante: c'est l'actu décalée du jour.

par
le Matin
Si c'est une télé, c'est un peu étroit, si c'est un smartphone, il faut des grosses poches.

Si c'est une télé, c'est un peu étroit, si c'est un smartphone, il faut des grosses poches.

Samsung/Le Matin

Le sud-coréen Samsung a présenté sa première télé verticale. Mais à quoi ça sert? Aux personnes qui vivent dans des appartements très étroits? À celles qui regardent la télé couchées sur le flanc sur leur canapé? Non, c'est pour les jeunes, ceux qui matent plus de trucs sur leur smartphone que sur le giga écran du salon. Comme cela, ils ne seront pas dépaysés. Mieux, ils pourront ainsi projeter les contenus de leur mobile sur cette télé (et ainsi voir qu'ils sont tout pourris). Mais cette Sero (pas très positif comme nom) est peut-être LA solution pour redresser la qualité des programmes. Cessons de nous moquer, Samsung n'est pas fou, cette télé pivote et peut être regardée horizontalement. On ne sait pas en revanche si on peut la bloquer en biais, ça pourrait être rigolo et ce ne serait pas le seul truc tordu du concept. Michel Pralong

----------

Laissons pisser

En Italie, raconte «Le Messager», le Manneken Pis est utilisé pour vanter un médicament pour la prostate. Mais bon, c’est logique, pas de quoi s’exciter. On s’agitera quand la Vénus de Milo servira à vendre du vernis à ongles. Renaud Michiels

----------

Au ras des Pâques... rettes

Mais qu'essaie de nous dire cette campagne de la police cantonale fribourgeoise? Certes, les enfants sont de retour sur le chemin de l'école, mais pourquoi un motard risque-t-il de devoir s'arrêter pour laisser traverser deux lapins de Pâques (dont par ailleurs aucun n'est caché)? On marche sur des œufs, là, voire sur la tête. Mais peut-être que les policiers se sont dits que lapin justifie les moyens. (MP)

----------

UBS trahit enfin le secret bancaire

Les détenteurs de cartes de crédits Mastercard/Visa, liées à un compte UBS, ont reçu ces jours derniers un courrier stipulant de nouvelles conditions d'usage. Il fallait s'accrocher pour lire ces pages de charabias juridico-bancaires... La rédactrice en chef de «Bilan», Myret Zaki, publie sur Twitter cet extrait: «14.2 Le titulaire de carte autorise UBS à communiquer les données des cartes à des sociétés du groupe en Suisse. En particulier les données transmises serviront pour permettre un conseil complet et efficace à la clientèle et pour l'informer de l'offre de prestations des sociétés du groupe.Dans cette mesure, UBS ne peut donc garantir le secret bancaire et la protection des données.» Après avoir tant lutté pour le maintenir, UBS a enfin trouvé une bonne raison pour se débarrasser du secret bancaire et trahir ses clients. (EF)

----------

Soucoupe de France

Le plus polyglotte des journalistes sportifs français, Nelson Monfort, sort un bouquin intitulé: «Ovnis: sommes-nous seuls?». Oui, il s'intéresse aux soucoupes volantes car il dit avoir vu un ovni en 1985. L'avantage, c'est que s'il arrive à décrocher en bout de piste d'atterrissage l'interview du premier alien, il a des chances d'être le seul humain à comprendre sa langue. En revanche, quand il la parlera, c'est lui que le visiteur stellaire prendra pour un extraterrestre. (MP)

----------

Inégalité crasse

Selon les statistiques publiées ce lundi, on dénombrait 6943 détenus adultes dans les prisons suisses fin janvier. 6547 hommes, 396 femmes. La parité semble bien loin. Il faut d’urgence une politique volontariste musclée pour favoriser l’égalité! Par exemple en incarcérant toutes les femmes qui ratent un créneau. Euh, non, trouvons une autre idée: ça ferait trop… (RM)

----------

Ça gargouille à Paris

Pas moins de 1170 experts du patrimoine ont signé une tribune demandant à Emmanuel Macron d'y aller mollo sur le chantier de restauration de Notre-Dame. Dans son empressement à vouloir tout réparer en cinq ans, le président est prêt à déroger aux normes de protection du patrimoine. Et les experts ne sont pas enchantés par l'idée d'un chantier bâclé.

(MP)

Votre opinion