Polémique: La une de «Charlie Hebdo» avec Meghan fait scandale au Royaume-Uni
Publié

PolémiqueLa une de «Charlie Hebdo» avec Meghan fait scandale au Royaume-Uni

La couverture du magazine, sur laquelle la duchesse de Sussex ne peut plus respirer car la reine Elizabeth II l’étouffe avec son genou, ne passe pas.

Personne de la famille royale n’a réagi à cette couverture.

Personne de la famille royale n’a réagi à cette couverture.

Getty Images / Charlie Hebdo

Le journal «Charlie Hebdo» fait à nouveau parler de lui. Sa dernière une, où Meghan Markle ne peut plus respirer parce que la reine Elizabeth II l’étouffe avec son genou n’a pas fait l’unanimité. Une référence à George Floyd, mort dans des circonstances tragiques lors d’une interpellation policière aux États-Unis.

Cette caricature intervient après l’interview accordée par Meghan et Harry à Oprah Winfrey. La duchesse de Sussex y accuse notamment la famille royale britannique de racisme, notamment autour de leur fils Archie. «Pourquoi Meghan a quitté Buckingham Palace», titre «Charlie Hebdo». «Parce que je ne pouvais plus respirer», explique-t-elle sur le dessin.

De nombreux utilisateurs de Twitter pensent que le journal est allé trop loin. «C’est faux à tous les niveaux», argumente Halima Begum, fondatrice d’un groupe de réflexion sur la lutte contre le racisme au Royaume-Uni. «La reine en tant que meurtrière de George Floyd écrasant le cou de Meghan? Meghan disant qu’elle est incapable de respirer? Cela ne repousse pas les limites, ne fait rire personne ou ne conteste pas le racisme. Il rabaisse les problèmes et provoque une offense.»

«Le journal devrait être mis en faillite.» La journaliste Nadine White, rédactrice en chef du journal «The Independent», a qualifié la Une de «dégoûtante». Ou encore «Ce journal est réputé pour son racisme et ses insultes. Ils rient de la mort de Floyd. Il devrait être mis en faillite», s’insurge un Internaute.

D’autres soulignent simplement que cela devrait être autorisé parce qu’il s’agit d’une satire. «Je défendrai la liberté d’expression jusqu’à ma mort, mais cette tentative de satire ne correspond pas à cette définition» ou encore «Tout le monde n’a malheureusement pas le même humour», peut-on lire sur le réseau social.

(LeMatin.ch)

Votre opinion