Actualisé

Grands frimasLa vague de froid s'intensifie aux quatre coins de l'Europe

La vague de froid sévissant depuis une semaine en Europe a déjà fait au moins 220 morts, bilan qui risque de s'aggraver, particulièrement dans l'est du continent où l'Ukraine et la Pologne.

Un poste de secours sanitaire installé dans les rues de Donetsk, en Ukraine, où de nombreux morts d'hypothermie sont à déplorer.

Un poste de secours sanitaire installé dans les rues de Donetsk, en Ukraine, où de nombreux morts d'hypothermie sont à déplorer.

La vague de froid qui s'est abattue sur l'Europe centrale se poursuit. C'est en Ukraine et en Pologne, dans l'est du continent, que les ravages sont les plus importants.

Durant la période de très fort gel", entre le 27 janvier et le 3 février "101 personnes sont mortes, 11 d'entre elles à l'hôpital, 64 ont été retrouvées dans la rue et 26 à leur domicile", a indiqué le ministère ukrainien des Situations d'urgence. Le précédent bilan, jeudi, était de 63 morts.

Les températures ne devraient pas s'adoucir dans l'immédiat, avec des minimales nocturnes entre -25 et -30°Celsius (C) et de -16°C à -21°C dans la journée.

En Pologne, le froid a fait huit nouveaux morts au cours des dernières 24 heures et les températures sont descendues jusqu'à -35°C dans le sud-est, a annoncé vendredi la police. La plupart des victimes étaient des sans-logis. Au total, depuis le début de la vague de froid il y a huit jours, 37 personnes sont mortes d'hypothermie, selon la police.

Dix morts en Lettonie

En Russie, où les températures flirtaient à Moscou avec les -25°C vendredi et approchaient les -50°C en Iakoutie , 64 personnes sont mortes de froid à travers le pays, selon le ministère de la Santé, cité vendredi par l'agence Interfax. Mais ce chiffre concerne la période qui a débuté le 1er janvier et on ignore combien de décès sur ce total sont dus à la vague de froid actuelle.

On comptait vendredi dix morts en Lettonie et neuf en Lituanie.

Deux nouveaux décès ont été enregistrés en Roumanie, ce qui porte à 24 morts le bilan depuis jeudi dernier, selon le ministère de la Santé. Près de 380 écoles dans 29 départements roumains étaient fermées vendredi en raison du froid et le trafic était bloqué sur une dizaine de routes.

La Bulgarie a compté six nouveaux morts, des hommes de 52 à 66 ans, selon la presse de vendredi, ce qui porte le total des victimes à 16, selon un bilan établi par l'AFP, faute de statistiques officielles.

Danube gelé

La plupart des victimes dans ce pays, le plus pauvre de l'Union européenne, sont des villageois découverts gelés au bord de routes ou dans leurs maisons dépourvues de chauffage.

Plus de 1000 écoles bulgares sont restées fermées pour le troisième jour consécutif, alors que l'on enregistrait de nouvelles chutes de neige accompagnées de vent dans le nord-est.

Le gel du Danube s'est accentué, avec 60% de sa surface prise par les glaces près du port de Ruse, entravant la navigation.

La vague de froid a fait sept morts en Serbie, deux en Grèce et un en Macédoine.

En République tchèque, le bilan est désormais de six morts après la découverte du corps d'un homme de 59 ans mort jeudi hors de sa maison dans un village du sud-est. Le thermomètre a chuté à -38,1°C dans la chaîne de Sumava (sud-ouest).

En Slovaquie, un homme a été trouvé mort d'hypothermie, ce qui porte le total des victimes à trois. Des milliers de personnes ont été privées d'eau courante dans le nord-est du pays, les tuyaux d'adduction ayant gelé par -28°C.

Froid intense

L'ouest du continent, où le bilan humain est moins sévère, n'est cependant pas épargné par les effets du grand froid.

En France, malgré un beau soleil et un ciel bleu, un froid intense, rendu plus aigu par un vent glacial venu du nord-est de l'Europe se maintenait vendredi, avec 39 départements placés en état d'alerte orange.

Les autorités redoutent les conséquences d'un pic record attendu de demande d'énergie auquel le réseau d'électricité ne pourrait faire face, et le réseau de transport d'électricité RTE a appelé les usagers du pourtour méditerranéen à consommer l'électricité avec modération.

En Allemagne, Berlin, où il a fait -15°C la nuit dernière, s'est réveillée, comme Hambourg (nord), sous un manteau de neige avec un grand ciel bleu.

Neige à Rome

En Autriche, la vague de froid a fait deux morts.

Au Royaume-Uni, le thermomètre est descendu jusqu'à -11 dans le comté du Buckinghamshire (sud-est de l'Angleterre) et les températures ne devaient pas dépasser 2 degrés dans la journée.

La vague de froid qui affecte l'Italie entière a été marquée vendredi par un événement rare, l'apparition de la neige à Rome, et des températures très basses, frôlant les -30°C, dans les Alpes piémontaises (nord-ouest).

De gros flocons continuaient de tomber en fin de journée sur le Colisée, le Panthéon ou la Place Saint-Pierre. Les principaux monuments de la Rome antique ont été fermés par précaution.

A Venise, de la glace a commencé à se former à la surface de la lagune.

Enormes bouchons

Le bilan pour l'Italie est de trois morts après la découverte jeudi soir d'un sans-abri mort de froid à Milan (nord). Les dernières prévisions annoncent la poursuite du mauvais temps sur tout le pays samedi, avec de la neige, y compris sur les îles, comme la Sardaigne, et des températures toujours très basses.

En Belgique, la neige tombée sur un sol gelé a provoqué d'énormes bouchons. On relevait en fin d'après-midi plus de 1100 kilomètres de files sur les routes et autoroutes du royaume, selon des associations d'automobilistes. Le centre de Bruxelles et le boulevard autoroutier ceinturant la capitale étaient paralysés, de même que des autoroutes en Flandre (nord).

En Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne, quelque 120 écoles accueillant 120'000 élèves ont été fermées en raison du froid et de la neige, ont annoncé les autorités.

bur/pm/so

(AFP)

Votre opinion