Publié

ThéâtreLa veuve de Vaclav Havel revient sur les planches

L'actrice tchèque Dagmar Havlova-Veskrnova, veuve de l'ancien président Vaclav Havel, est revenue jeudi soir à Prague sur les planches, pour la première fois depuis le décès de son mari à la mi-décembre.

Pour son retour sur la scène du théâtre "Na Vinohradech", son fief traditionnel, l'ex-première dame a incarné Roxane dans la comédie musicale "Cyrano, Cyrano, Cyrano", basée sur la célèbre pièce d'Edmond Rostand (1868-1918).

Les médias soulignent qu'il s'agit d'un rôle particulièrement délicat à interpréter pour Mme Havlova-Veskrnova, car Roxane "se voit confrontée, et même à deux reprises, à la perte d'un homme bien-aimé", comme le rappelle le site www.super.cz.

Mme Havlova-Veskrnova joue au théâtre "Na Vinohradech" également Marie Stuart, dans la pièce de Friedrich Schiller (1759-1805).

Actrice de ce théâtre prestigieux en 1979-1997 et vedette de dizaines de films et pièces télévisées, l'actrice avait suspendu ses activités artistiques après son mariage en janvier 1997 avec M. Havel, dramaturge, dissident et chef de l'Etat en 1989-2003.

Dix-sept ans plus jeune que son mari, Mme Veskrnova-Havlova est retournée sur la scène en mars 2006, après s'être notamment consacrée à des activités caritatives.

Les cendres de Vaclav Havel, décédé le 18 décembre à l'âge de 75 ans, ont été déposées le 4 janvier dans le caveau de la famille au cimetière de Prague-Vinohrady.

Tenue dans l'intimité familiale, cette cérémonie religieuse a eu lieu quinze ans jour pour jour après le mariage en secondes noces de Vaclav Havel avec l'actrice. Le caveau abrite aussi la dépouille de sa première épouse Olga, décédée en 1996.

Les funérailles nationales de Vaclav Havel ont réuni le 23 décembre à Prague de nombreuses personnalités, dont le président français Nicolas Sarkozy, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et son époux Bill Clinton, ex-président des Etats-Unis, le Premier ministre britannique David Cameron et l'ex-secrétaire d'Etat américaine d'origine tchèque, Madeleine Albright.

(AFP)

Ton opinion