Corée du Sud – La veuve d’un ex-dictateur présente ses excuses pour le règne de son mari
Publié

Corée du SudLa veuve d’un ex-dictateur présente ses excuses pour le règne de son mari

Alors que Chun Doo-hwan est décédé mardi, sa veuve a présenté des excuses en son nom. Il n’a jamais publiquement demandé pardon de son vivant.

Chun Doo-hwan, ex-dictateur, au côté de sa femme. 

Chun Doo-hwan, ex-dictateur, au côté de sa femme.

AFP

La veuve de Chun Doo-hwan, ex-dictateur sud-coréen qui a dirigé le pays d’une main de fer entre 1980 et 1988 jusqu’à ce que des manifestations de masse le contraignent à démissionner, a présenté ses excuses samedi pour les «douleurs et blessures» du règne de son mari. L’ancien général est mort mardi à son domicile, âgé de 90 ans, et reste l’une des personnalités les plus honnies de Corée du Sud.

«Au nom de mon mari, je tiens à présenter mes profondes excuses pour les douleurs et blessures causées pendant son mandat», a déclaré Lee Soon-ja au dernier jour des cinq jours de funérailles de M. Chun. Les excuses ont été brèves et n’ont pas précisé les fautes commises par l’ex-dictateur, qui n’a jamais publiquement demandé pardon de son vivant.

Grâce présidentielle

Il avait pris le contrôle de la Corée du Sud lors d’un coup d’État après l’assassinat de l’homme fort Park Chung-hee en 1979. Dirigeant le pays d’une main de fer entre 1980 et 1988, son règne a été marqué par l’usage généralisé de la torture contre les dissidents et la répression de la liberté d’expression. Il est connu sous le nom de «Boucher du Gwangju» pour avoir ordonné à ses troupes de réprimer dans le sang un soulèvement contre son pouvoir dans cette ville du sud-ouest du pays en 1980. Le bilan officiel est de 200 morts, mais certaines organisations affirment que ce nombre pourrait être trois fois plus élevé.

Il avait été condamné à mort pour trahison en 1996, notamment pour la répression de Gwangju, mais son exécution avait été commuée en appel, et il avait été libéré à la suite d’une grâce présidentielle.

(AFP)

Votre opinion