Yémen: La vidéo saisie chez Al-Qaïda datait un peu

Publié

YémenLa vidéo saisie chez Al-Qaïda datait un peu

Les militaires américains, qui cherchaient à démontrer le succès d'un récent raid contre Al-Qaïda, ont reconnu leur erreur.

La vidéo publiée par le Pentagone pour démontrer le succès de son raid contre Al-Qaïda au Yémen date en réalité d'il y a dix ans. (Capture d'écran)

La vidéo publiée par le Pentagone pour démontrer le succès de son raid contre Al-Qaïda au Yémen date en réalité d'il y a dix ans. (Capture d'écran)

Des militaires américains cherchant à démontrer le succès d'un récent raid meurtrier au Yémen contre Al-Qaïda ont publié une vidéo saisie sur place avant de la retirer, se rendant compte que la supposée pépite avait dans les 10 ans d'âge.

Les forces spéciales américaines ont mené un raid commando dimanche au Yémen contre un site occupé par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). La première opération militaire importante autorisée par Donald Trump a mal tourné, avec la mort d'un militaire américain et de plusieurs femmes et enfants qui étaient avec les combattants d'Al-Qaïda.

Depuis, le Pentagone et la Maison Blanche sont sur la défensive, affirmant que malgré les pertes humaines, l'opération a été un «succès» qui a permis de rassembler des informations importantes sur Aqpa, considérée comme la plus dangereuse du réseau extrémiste.

Un sabre fauchant une croix

Vendredi, le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) a mis en ligne sur son site une vidéo censée montrer l'intérêt des documents et fichiers saisis sur place: un film produit par le réseau extrémiste, commençant par un sabre fauchant une croix, et montrant comment fabriquer des explosifs pour faire des attentats.

Mais la pépite n'en était pas une, ont un peu tard réalisé les militaires. Des internautes se sont chargés de leur expliquer que la vidéo datait en réalité d'une dizaine d'années et avait déjà circulé en ligne. Le document a été promptement retiré du site du Centcom.

«Nous ne savions pas que c'était un vieux fichier», a reconnu le colonel John Thomas, le porte-parole du Centcom, tout en affirmant avoir «obtenu plus d'informations que nous n'en avons jamais obtenu dans un raid contre Aqpa au Yémen».

(AFP)

Ton opinion