Société: La vie sexuelle des sportifs, un juteux «business»
Publié

SociétéLa vie sexuelle des sportifs, un juteux «business»

Le scandale de la «sex-tape» de Mathieu Valbuena met en lumière les transactions dont sont victimes les footballeurs.

1 / 25
Karim Benzema a obtenu gain de cause devant la Cour de cassation (Mardi 11 juillet 2017).

Karim Benzema a obtenu gain de cause devant la Cour de cassation (Mardi 11 juillet 2017).

AFP
L'affaire du chantage à la sex-tape contre le footballeur français Mathieu Valbuena va continuer. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Versailles a rejeté vendredi l'annulation de l'enquête demandée par les suspects, dont Karim Benzema, et mis en examen l'ex-joueur Djibril Cissé. (Vendredi 16 décembre 2016)

L'affaire du chantage à la sex-tape contre le footballeur français Mathieu Valbuena va continuer. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Versailles a rejeté vendredi l'annulation de l'enquête demandée par les suspects, dont Karim Benzema, et mis en examen l'ex-joueur Djibril Cissé. (Vendredi 16 décembre 2016)

AFP
Karim Benzema, à sa sortie du Palais de Justice de Versailles (France) le 5 novembre 2015. La justice se prononce sur la validité de l'enquête du chantage à la sex-tape contre Mathieu Valbuena, dont les principaux suspects, Karim Benzema en tête, demandent l'annulation. (Vendredi 16 décembre 2016)

Karim Benzema, à sa sortie du Palais de Justice de Versailles (France) le 5 novembre 2015. La justice se prononce sur la validité de l'enquête du chantage à la sex-tape contre Mathieu Valbuena, dont les principaux suspects, Karim Benzema en tête, demandent l'annulation. (Vendredi 16 décembre 2016)

AFP

L'affaire de la «sex-tape» de Mathieu Valbuena rappelle que ce genre de chantage scabreux est monnaie courante à l'ère du numérique et que la vie sexuelle des footballeurs est devenue un commerce facile pour ceux qui gravitent autour d'eux.

La frontière est parfois étroite entre le chantage pur, pour obtenir de l'argent en échange de la non-diffusion d'images compromettantes, et le fait de vouloir racheter des preuves susceptibles d'entacher son honneur.

En France, outre l'affaire Valbuena, il y a également eu celle visant en 2008 Djibril Cissé, alors joueur de l'OM victime de faits similaires. Un individu lui avait réclamé 150'000 euros (162'000 francs suisses) pour ne pas diffuser des images tendancieuses retrouvées sur un ordinateur volé.

En 2011, Yann M'Vila avait lui été détroussé à Montpellier par deux prostituées dans sa chambre d'hôtel après un match avec les Bleus.

Mais toutes les affaires ne sont pas forcément répréhensibles aux yeux de la loi. Les tabloïds britanniques sont ainsi devenus des spécialistes du marquage à la culotte des frasques des sportifs, et des footballeurs en particulier.

«Kiss and tell»

Sous l'appellation «kiss and tell», le grand classique consiste à provoquer la faute en payant une call-girl, actrice, ou artiste, c'est selon, pour qu'elle piège un joueur avant de raconter ensuite, contre rémunération, son histoire dans un journal. Avec photos volées en supplément.

De très nombreux joueurs de Premier League, parmi les plus grands mêmes, ont eu droit à ce genre de traitement en Une.

Les supposées frasques de David Beckham avec son ex-assistante à Madrid, ou celles de Wayne Rooney avec une dame bien plus âgée que lui, ou encore celles de l'ex-sélectionneur anglais Sven-Goran Eriksson ont ainsi toutes été jetées en pâture sur la place publique.

En février 2014, le Français Olivier Giroud n'a pas échappé à la règle.

Vendre la mèche contre rétribution

Les histoires du volage Ashley Cole ou celles de John Terry, qui avait couché avec la compagne d'un coéquipier, ont également défrayé la chronique.

Pas autant toutefois que celle de Ryan Giggs, qui a trompé sa femme pendant huit ans avec celle de son propre frère. L'affaire a éclaté avec fracas en 2011 lorsque sa «belle-sœur» a vendu la mèche.

En 2006, Gary Lineker a lui-aussi été victime de sa supposée réputation de coureur lors d'un divorce pour «mauvais comportements» pendant le mariage.

Des cas très similaires

Néanmoins, trois affaires depuis 2011, dont deux en 2015, ressemblent de près au cas Valbuena.

En 2011, The Sun a ainsi révélé qu'un joueur d'une vingtaine d'années appartenant au top 10 de Premier League avait été surpris avec trois Suédoises dans un hôtel de Las Vegas. Son identité n'a cependant jamais fuité, et les médias semblaient à l'époque ne pas la connaître.

Même s'ils l'avaient connue, ils n'auraient de toute façon pas pu la divulguer. La législation anti-diffamation punissant sévèrement quiconque révèle publiquement le moindre nom sans l'accord d'au moins une partie concernée.

Autre affaire, en mars 2015, avec ce défenseur à qui il était réclamé 100'000 livres par la femme avec laquelle il avait couché lors de la fête de Noël du club. Celle-ci lui aurait réclamé cette somme pour ne pas vendre son histoire à la presse.

Décisions de justice en suspens

Enfin, en septembre, une vidéo d'une partie fine à trois impliquant un joueur très connu avait été interceptée sur «Snapchat» par des malfaiteurs. «Nous confirmons que nous travaillons sur une tentative de chantage reçue le 2 octobre», avait déclaré la police, au sujet de ce clip de huit secondes.

Le nom de ce joueur est connu du Sun, qui s'est entretenu avec son agent, mais la peur d'un procès coûteux a protégé jusque là ce joueur présenté simplement comme «majeur».

Cet anonymat forcé pourrait cependant évoluer avec cette décision de la Haute Cour du 26 mars 2015 dans l'affaire concernant ce défenseur qui a dérapé à la fête de Noël de son club. La justice avait alors estimé que son nom pouvait être révélé, sans que cela soit pourtant suivi d'effet.

(AFP)

Votre opinion