Maladie: La violence de l'épidémie de grippe est imprévisible
Publié

MaladieLa violence de l'épidémie de grippe est imprévisible

Le virus tant redouté s'est installé en Suisse. À quoi peut-on s'attendre? Décryptage d'un expert.

par
Laura Juliano

Cette semaine, la grippe a dépassé le seuil épidémique en Suisse, avec 121 consultations dues à une affection grippale pour 100'000 habitants. Selon l'Office fédéral de la santé publique, elle est davantage répandue aux Grisons et au Tessin.

En raison de sa constante évolution, le virus et les dégâts qu'il peut causer restent imprévisible pour les experts. «Tous les 15 à 30 ans, il fait un grand saut génétique en se recombinant avec des virus qui d'habitude ne circulent pas chez l'humain, mais chez l'animal», souligne Nicolas Senn, professeur au centre universitaire de médecine générale et santé publique à Lausanne.

Doit-on donc se préparer un jour à subir une nouvelle pandémie meurtrière à l'image de celle du virus H1N1 en 2009? «Ça peut et ça va probablement arriver, note le professeur. Il n'est pas possible de le prévoir, c'est aléatoire.»

Chaque année, on dénombre entre 100 000 et 300 000 cas de grippe en Suisse. Chez la plupart des patients en bonne santé, le traitement est symptomatique et la guérison spontanée. En revanche, les complications peuvent être fatales pour les personnes à risque telles que les personnes âgées, déjà affaiblies par une maladie chronique, les enfants en bas âge ou les femmes enceintes.

«Chaque année, plusieurs milliers de personnes vont être hospitalisées et, selon les saisons, plusieurs centaines à plusieurs milliers vont en mourir, note Nicolas Senn. C'est plus que les accidents de la route et que la plupart des maladies infectieuses par année.»

L'expert rappelle que pour se prémunir du virus, il faut avant tout se faire vacciner, se laver les mains régulièrement et éventuellement porter un masque. Et si l'on est porteur du virus, éviter de côtoyer des personnes à risque de faire des complications.

Votre opinion