07.06.2015 à 18:38

voile,PREVLa Volvo Ocean Race pourrait s'installer à Lisbonne, "ville fantastique" (directeur) (TROIS QUESTIONS)

Par Olivier DEVOS Lisbonne, 7 juin 2015 (AFP) - Lisbonne, "ville fantastique", pourrait accueillir la Volvo Ocean Race en 2020, selon le directeur général de la course Knut Frostad, mais il faudrait d'abord, "dans l'idéal", un équipage portugais en course, a-t-il déclaré à l'AFP en précisant que cinq villes étaient "intéressées" pour succéder à Alicante (Espagne).

Q: Lisbonne voudrait accueillir, en 2020, le siège de la Volvo Ocean Race. Pensez-vous, comme l'affirment les autorités locales, que la capitale portugaise soit la ville idéale? R: Lisbonne est une ville fantastique. Le Portugal était l'une des premières nations au monde pour l'exploration et la voile et, par rapport à la taille du pays, il a l'une des côtes les plus longues d'Europe. C'est une porte de l'océan. Mais il faudrait, dans l'idéal, une équipe portugaise dans la course. C'est un gros défi mais je pense que c'est possible, notamment parce que les coûts pour faire tourner une équipe ont baissé. Avec une équipe permanente au Portugal, il est possible de créer un engouement local bien plus important, de créer une école de voile... C'est ce que nous recherchons. Q: Y a-t-il d'autres candidats en lice pour héberger la course? R: En tout, cinq villes sont intéressées. A part Lisbonne, nous avons des candidats aux Pays-Bas, en Suède, au Royaume-Uni et en Espagne. Mais je n'en dirai pas plus. Nous ouvrirons la possibilité cet automne, pour les villes intéressées, d'entrer officiellement dans le processus pour le déménagement de notre quartier général. Le maire de Lisbonne a dit très clairement qu'il était intéressé. La décision sera prise avant le départ de la prochaine course, en 2017, et Alicante pourrait d'ailleurs rester le siège. Q: L'installation permanente du boatyard (chantier, aujourd'hui mobile, de réparation et d'entretien des monotypes VO 65) à Lisbonne serait-elle une première étape? R: Nous discutons avec le maire et le président du port de Lisbonne pour mettre les bateaux ici pendant l'hiver, pour les entretenir, les réparer, avant de les remettre à l'eau. Ce n'est pas encore décidé, mais nous allons en tout cas laisser de l'équipement à Lisbonne, au cas où. Les conditions sont bonnes, et les équipes aiment venir s'entraîner ici. Ça a été le cas pour Alvimedica et Abu Dhabi. Si l'expérience est positive, c'est un atout pour Lisbonne. Propos recueillis par Olivier DEVOS ode/pyv

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!