Football: L’AC Milan laisse filer Naples en tête de la Serie A

Publié

FootballL’AC Milan laisse filer Naples en tête de la Serie A

Méconnaissable depuis le début de l’année, le champion en titre s’est fait laminer par la Lazio Rome (0-4) et compte désormais 12 points de retard sur le leader.

Olivier Giroud en pleine détresse, pendant que les joueurs de la Lazio exultent.

Olivier Giroud en pleine détresse, pendant que les joueurs de la Lazio exultent.

Imago

Laminé par la Lazio Rome au Stadio Olimpico (0-4) mardi soir, l'AC Milan ne répond plus en ce début 2023. À mi-championnats, voilà les Rossoneri repoussé à 12 points du leader Naples, lancé à un train d'enfer vers son premier Scudetto depuis plus de 30 ans.

Tous les rivaux du Napoli ont coulé lors cette journée de clôture de la phase aller: la Juventus a perdu 15 points sur tapis vert et n'en a repris qu'un sur le terrain dimanche, l'Inter Milan s'est incliné lundi et l'AC Milan l'a imité dans les grandes largeurs. S'ils restent 2es, les Rossoneri ont encore été méconnaissables et apathiques pendant quasiment 90 minutes, dans la foulée de leur déroute en Supercoupe d'Italie contre l'Inter Milan (0-3) et d'un début d'année à l'envers.

Pour son troisième match de suite, Milan a craqué dans les dix premières minutes, trahi par une défense statique sur un centre de Mattia Zaccagni repris pr Sergej Milinkovic-Savic après une feinte de Luis Alberto (4e). Zaccagni, véritable poison laziale, a doublé la mise, plus vif pour reprendre un tir repoussé par le poteau (38e).

L’infirmerie se remplit

La légère réaction milanaise du début de seconde période n'aura pas pesé lourd face à une Lazio survoltée et un Milan tellement fragile: Pierre Kalulu a concédé un penalty transformé en force par Luis Alberto (67e) puis Felipe Anderson a corsé l'addition, encore oublié dans la défense (75e). 

Que ce Milan est loin de celui qui, la saison dernière sur la même pelouse, avait renversé un match mal parti pour l'emporter dans le temps additionnel devant la Lazio (2-1), une victoire aux allures de tournant dans la conquête du Scudetto.

Actuellement, la tête ne répond plus et les jambes sont fatiguées, à l'image de Fikayo Tomori et Davide Calabria, tous deux sortis blessés, dans une défense déjà orpheline de Theo Hernandez resté à Milan (fatigue musculaire).

Olivier Giroud a réclamé en vain le ballon jusqu'à sa sortie (58e). Ismaël Bennacer a manqué la lucarne de peu sur un coup franc qui aurait pu changer les choses (50e). Et Stefano Pioli a fait en vain les cent pas devant son banc sans reconnaître ses joueurs ni trouver de solution.

Son homologue Maurizio Sarri, lui, avait la mine des bons jours: sa Lazio, même sans Ciro Immobile (blessé), revient à une longueur des Rossoneri, 3e à égalité de points avec l'Inter (4e) et la Roma (5e), prenant de la hauteur comme l'aigle emblème du club qui, avant chaque match, tourne dans le ciel de l'Olimpico.

(AFP)

Ton opinion