Cinéma - L’acteur Jean-Paul Belmondo est mort
Publié

CinémaL’acteur Jean-Paul Belmondo est mort

Le comédien français est décédé lundi à 88 ans à son domicile, a annoncé son avocat à l’AFP.

1 / 24
Jean-Paul Belmondo lors d’une séance photos en 2016.

Jean-Paul Belmondo lors d’une séance photos en 2016.

AFP
En juin 2020, lors des funérailles de Guy Bedos. L’une des dernières apparitions publiques de Bébel.

En juin 2020, lors des funérailles de Guy Bedos. L’une des dernières apparitions publiques de Bébel.

AFP
En vacances en Valais avec son épouse Elodie Constantin et leur fille Florence en 1964.

En vacances en Valais avec son épouse Elodie Constantin et leur fille Florence en 1964.

imago/Leemage

L’acteur Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma français, est décédé lundi à son domicile à Paris à l’âge de 88 ans, a annoncé sa famille dans un communiqué, transmis à l’AFP par leur avocat.

«Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s’est éteint tranquillement», a écrit sa famille dans le communiqué, transmis par Me Michel Godest. «Jean-Paul s’est éteint aujourd’hui (lundi). Il est parti rejoindre ses vieux complices du Conservatoire. Son sourire sincère sera toujours là», a encore indiqué sa famille, évoquant la disparition de son «pilier».

Celui qu’on surnommait «Bébel» a tourné dans 80 films et laisse derrière lui des rôles inoubliables. De «Pierrot le fou» à «L’as des as», l’acteur au charisme exceptionnel a eu l’itinéraire d’un enfant gâté du cinéma, champion du box-office, durant cinquante ans de carrière.

Une attaque cérébrale en 2001

Sa mort tourne une page majeure du cinéma français, Belmondo partant après sa bande d’amis du conservatoire, Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Bruno Crémer ou encore Claude Rich… Ces dernières années, il avait dû enterrer ses complices, de Guy Bedos au meilleur ami, Charles Gérard, avec lequel il ne cessait de partager fous rires et matches à Roland-Garros.

Sa carrière commencée sur les planches l’a mené en un demi-siècle aux sommets du box-office français, avec 130 millions de spectateurs cumulés au cinéma.

Après une attaque cérébrale pendant un tournage en 2001, il restera fortement handicapé.

Bébel a obtenu un César en 1988 pour «Itinéraire d’un enfant gâté», ainsi qu’un César d’honneur en 2017

(AFP)

Votre opinion

51 commentaires