Venezuela: L’administration Biden n’entend pas parler «directement» à Maduro
Publié

VenezuelaL’administration Biden n’entend pas parler «directement» à Maduro

Le gouvernement américain de Joe Biden n’a pas l’intention de parler «directement» avec le dirigeant du Venezuela Nicolás Maduro, qu’il qualifie de «dictateur» et ne reconnaît pas comme président légitime, a déclaré mercredi la diplomatie américaine.

Nicolás Maduro en janvier 2021 à Caracas.

Nicolás Maduro en janvier 2021 à Caracas.

AFP

«Je ne m’attends certainement pas à ce que ce gouvernement dialogue directement avec Maduro», a dit mercredi le porte-parole du département d’État américain Ned Price devant la presse. «Nous ne nous attendons certainement à aucun contact avec Maduro dans un avenir proche», a-t-il ajouté, dans la droite ligne de la position du précédent gouvernement de Donald Trump. «Nicolás Maduro est un dictateur, cela ne fait aucun doute», a encore insisté Ned Price.

L’administration Biden avait déjà dit qu’elle considérait l’opposant Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela - comme l’administration Trump.

Le porte-parole a expliqué que l’objectif était de «soutenir une transition démocratique pacifique au Venezuela, à travers des élections présidentielle et législatives libres et justes», et cela en travaillant avec les alliés latino-américains et européens.

Pressions diplomatiques

Depuis trois ans, les États-Unis ont multiplié les pressions diplomatiques et les sanctions économiques pour chasser Nicolás Maduro du pouvoir, sans succès. Le département d’État a néanmoins fait état d’une rupture avec la politique du précédent gouvernement américain.

Ned Price a ainsi confirmé que les États-Unis entendaient désormais garantir aux quelques 200’000 Vénézuéliens qui se trouvent sur leur territoire le «statut de protection temporaire» qui protège d’une expulsion et octroie un droit de travail. Donald Trump, malgré sa ligne dure contre Nicolás Maduro, a toujours refusé d’étendre ce statut aux Vénézuéliens, en raison de sa politique anti-immigration.

Le Venezuela libère les équipages de deux bateaux du Guyana arraisonnés

Caracas a annoncé mercredi la libération des équipages de deux bateaux de pêche battant pavillon du Guyana que l’armée vénézuélienne a arraisonné le mois dernier dans des eaux au centre d’un différend séculaire entre les deux pays. «Hier, les douze citoyens du Guyana arrêtés le 23 janvier ont été relâchés», a annoncé le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza dans un communiqué.

(AFP)

Votre opinion

42 commentaires