10.11.2020 à 18:35

États-UnisL’ADN trahit l’assassin de Fawn, 31 ans après

Les nouvelles technologies ont permis de découvrir que la jeune fille de 16 ans a été tuée par son cousin. Mais lui-même a succombé à une overdose depuis.

von
Michel Pralong
La nuit où Fawn Cox a été agressée et tuée dans sa chambre, personne n’a rien entendu.

La nuit où Fawn Cox a été agressée et tuée dans sa chambre, personne n’a rien entendu.

KCTV

Les méthodes de la police scientifique ont fait des progrès considérables, qui permettent de résoudre des affaires des années après que le crime a été commis. C’est ce qui vient de se produire pour l’assassinat de Fawn Cox en 1989, raconte la chaîne KCTV.

Le 16 juillet de cette année-là, à Kansas City, dans le Missouri, la jeune fille de 16 ans rentre à la maison à 23 heures, après son travail. Elle monte immédiatement se coucher. Le lendemain matin, sa mère et sa petite sœur viennent dans sa chambre, car son réveil sonne, mais elle ne l’arrête pas. «Je l’ai secouée, réveille-toi», dira sa sœur Felisa. «Mais elle était déjà morte depuis longtemps». Fawn a été violée et étranglée.

Le bruit de la climatisation aurait empêché d’entendre quoi que ce soit cette nuit-là, selon la famille. Et si la chienne s’est bien montrée agitée, personne n’y a vraiment prêté attention, mettant ce comportement sur le fait qu’elle était enceinte.

Une technologie très chère

Pendant plus de 30 ans, le mystère est resté entier. Seul soupçon: le meurtrier devait connaître la maison pour savoir par quelle fenêtre entrer pour trouver sa victime sans être détecté. Mais en mai 2019, la police de Kansas City a décidé de faire appel à de nouvelles technologies basées sur l’ADN pour tenter de résoudre ce mystère. Mais vu le coût de ces méthodes, elle a dû appeler le FBI à l’aide. Une fois que ce dernier a accepté de payer la facture, la réponse à l’énigme est tombée en quelques semaines.

Car de l’ADN, il y en avait sur la scène du crime. Notamment sur plusieurs objets dans la chambre de Fawn. Mais à l’époque, la police ne se fiait guère à l’ADN. Aujourd’hui, on peut le comparer à des millions d’autres échantillons recensés dans des banques de données génétiques publiques. C’est ce qui avait notamment permis de confondre le Golden State Killer en 2018. Et qui a révélé le nom de l’assassin de Fawn Cox.

L’ADN a permis de démasquer l’assassin.

L’ADN a permis de démasquer l’assassin.

KCTV/Facebook

Il s’agit de Donald Cox Jr, le cousin de la jeune fille. Mais il ne sera pas poursuivi car lui-même est mort d’une overdose en 2006. Reste que pour Felisa, la sœur de Fawn, c’est un soulagement. «Les réponses ne sont pas ce que nous attendions, mais au moins, l’affaire est close».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
6 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Trogne à goutte

11.11.2020 à 14:43

Même si c'est si tard, c'est une bonne chose que cette affaire soit résolue. Mais il en existe sûrement beaucoup d'autres du même genre à résoudre.

Tyrannosaurus

11.11.2020 à 07:25

C'est une bonne chose que cette affaire soit résolue. Mais il me semble que pour que des membres d'une même famille s:entretuent, la famille elle-même doit déjà être extrêmemrnt dysfonctionnelle. D'un autre côté, on sait aussi très bien qu'entre les quatre murs et lorsque personne ne regardé, il peut se passer les choses les plus invraisemblables même si autrement, les apparences donnent généralement une bonne impression.

Lucio

10.11.2020 à 21:09

Prise de l’ADN obligatoire à la naissance