Publié

La chronique de Fred & Fluck«L’adulescence des vieux de la veille»

Tous les jours, la chronique de Fred & Fluck met le doigt, le pied, l'œil ou l'oreille dans les petites et grandes anecdotes des festivals de l'été.

Yvain Genevay

Hier soir, et pour le meilleur, le MJF a joué au papa bienveillant en ouvrant ses bras à deux Tanguy des décibels. Deux bandes d’ados aux ridules d’adultes, peu enclins à quitter le cocon musical qui a fait leur fortune. Green Day et IAM. Punk de chambre contre hip-hop martien.

Il y a pile vingt ans, ces deux groupes aux ADN contraires plaçaient leur principal lingot mélodique dans la Banque mondiale des hit-parades. «Basket Case» pour l’un, «Je danse le mia» pour l’autre. C’est le nouveau millénaire qui les fait trébucher. Green Day ouvre, la honte aux lèvres, les concerts des mauvais Blink 182, et IAM trimballe son micro d’argent dans nos humbles stations de ski.

Aujourd’hui, chacun féconde de son côté des disques moyens qui décrochent la timbale et attirent des bébés fans qui n’étaient pas nés au moment du dépôt de lingots en 1993. Mais il y a un prix à payer: coincés dans leur chambre d’ado, ils n’ont pas le droit de grandir au risque de froisser les générations.

Du coup, les punks font toujours les punks et les rappeurs ne sont toujours pas descendus de leur planète.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!