Moutier – L’aération n’est pas conforme dans la culture de chanvre
Publié

MoutierL’aération n’est pas conforme dans la culture de chanvre

Les autorités ont fixé un ultimatum à un cultivateur de cannabis qui a diffusé sur la ville une odeur dérangeante pour certains habitants.

par
Vincent Donzé
À l’extérieur de l’ancienne verrerie, ce n’est pas du chanvre, mais du maïs qui a été planté…

À l’extérieur de l’ancienne verrerie, ce n’est pas du chanvre, mais du maïs qui a été planté…

Lematin.ch/Vincent Donzé

Une réunion de deux heures entre des cultivateurs de cannabis thérapeutique et les autorités a débouché sur un constat, à Moutier: l’inspection des installations indoor a révélé un défaut majeur dans l’ancienne verrerie appartenant à la commune: les conduits d’aération devraient déboucher verticalement à une hauteur minimale, et non pas latéralement comme aujourd’hui.

Un ultimatum a été fixé à l’entreprise chinoise «Imazut» pour se mettre en conformité ou, du moins, «se mettre en bonne voie pour le devenir», selon «Le Quotidien Jurassien». Une demande de changement d’affection devra également être formulée rétroactivement, avec six mois de retard, ce qui permettra à la population de s’exprimer par voie de recours.

Lumière naturelle

Pour les cultures de CBD, la compétence d’octroyer un permis incombe à la commune, mais l’Office cantonal de l’économie a aussi relevé les lacunes dans les conditions de travail: les employés manquent de lumière naturelle, toutes les fenêtres étant calfeutrées dans une plantation située partiellement en sous-sol.

L’Assurance immobilière Berne et l’Office de l’environnement et de l’énergie ont édicté un catalogue de mesures, par exemple le filtrage des eaux usées contenant des engrais ou la signalisation des issues de secours. Par souci de proportionnalité, les autorités communales autorisent l’exploitant à cultiver du cannabis légal pendant les prochaines semaines.

Permis de travail

Les autorités communales devront encore répondre au parlementaire Francis Pellaton (Moutier à venir), lequel a exprimé des doutes sur les conditions de travail appliquées dans cette culture indoor. Le Conseil municipal est prié d’indiquer si le personnel embauché dispose de visas, respectivement de permis de travail valables, et de salaires décents.

Lors d’un contrôle par la police cantonale bernoise, aucune infraction n’a été constatée dans la teneur en THC, principale molécule active du cannabis: le taux mesuré l’an dernier était inférieur à 1,0%.

Votre opinion

1 commentaire