Publié

JusticeL’affaire Skander Vogt sera finalement jugée

Le Tribunal fédéral désavoue la justice vaudoise qui avait voulu classer la mort mystérieuse du détenu Skander Vogt. Contre toute attente, l'affaire sera finalement jugée au tribunal.

par
Dominique Botti
1 / 5
Skander Vogt est sur la toit du prison de Bochuz depuis la veille. Il avait déjà menacé de mettre fin à ses jours alors qu'un important dispositif policier prenait position aux établissements de la plaine de l'Orbe.

Skander Vogt est sur la toit du prison de Bochuz depuis la veille. Il avait déjà menacé de mettre fin à ses jours alors qu'un important dispositif policier prenait position aux établissements de la plaine de l'Orbe.

Keystone
Le Conseiller d'État Philippe Leuba, à gauche et Jacques Antenen, Commandant de la Police cantonale, à droite, parlent aux journalistes devant l'entrée de la prison de Bois-Mermet.

Le Conseiller d'État Philippe Leuba, à gauche et Jacques Antenen, Commandant de la Police cantonale, à droite, parlent aux journalistes devant l'entrée de la prison de Bois-Mermet.

Keystone
En signe de solidarité avec le détenu, Skander Vogt, décédé aux Établissements de la Plaine de l'Orbe, une vingtaine de détenus ont refusé de regagner leur cellule de la prison de Bois-Mermet au terme de leur promenade.

En signe de solidarité avec le détenu, Skander Vogt, décédé aux Établissements de la Plaine de l'Orbe, une vingtaine de détenus ont refusé de regagner leur cellule de la prison de Bois-Mermet au terme de leur promenade.

Keystone

Le Tribunal fédéral remet à l’ordre la justice vaudoise dans l’affaire Skander Vogt, nom de ce détenu mort par asphyxie dans sa cellule de Bochuz en mars 2010. Le procureur, Daniel Stoll, avait classé l’enquête sur les circonstances troubles du décès de ce détenu. Le TF n’est pas de cet avis, puisqu’il a cassé ce non-lieu et a demandé au Ministère public vaudois de renvoyer l’affaire devant un tribunal. Un procès qui menace six personnes : une ancienne directrice de piquet du Service pénitentiaire vaudois, un gardien, un membre du service médical de la prison de Bochuz et trois urgentistes.

Votre opinion