Coronavirus - L’Afrique n’est pas prête pour une 3e vague
Publié

CoronavirusL’Afrique n’est pas prête pour une 3e vague

Jeudi, l’Organisation mondiale de la santé a prévenu que le continent africain manquait d’équipements et de personnel pour faire face à une nouvelle vague.

L’Afrique compte officiellement plus de 4,8 millions de cas et 130’000 décès, selon l’OMS.

L’Afrique compte officiellement plus de 4,8 millions de cas et 130’000 décès, selon l’OMS.

Reuters

Touchée par une nouvelle hausse des cas de Covid-19, l’Afrique, où les livraisons de vaccins sont quasi à l’arrêt, n’est pas prête pour affronter une troisième vague de la pandémie, a averti jeudi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

«De nombreux hôpitaux et cliniques en Afrique sont loin d’être prêts à affronter une augmentation drastique du nombre de patients gravement malades», a mis en garde le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS, ajoutant lors d’une conférence de presse en ligne que «la menace d’une troisième vague est réelle et grandissante».

Equipements et personnel insuffisants

L’Afrique compte officiellement plus de 4,8 millions de cas et 130’000 décès, selon l’OMS, soit 2,9% des cas mondiaux et 3,7% des décès. Selon une enquête de l’organisation menée en mai, les équipements et le personnel de santé essentiels requis pour prendre en charge les patients gravement malades du Covid-19 sont largement insuffisants dans de nombreux pays sur le continent africain.

Sur 23 pays, la plupart ont moins d’un lit en unité de soins intensifs pour 100’000 habitants et seul un tiers d’entre eux est équipé de ventilateurs mécaniques. En comparaison, des pays comme l’Allemagne ou les États-Unis disposent de plus de 25 lits pour 100’000 habitants.

«Le traitement constitue la dernière ligne de défense contre ce virus et nous ne pouvons pas nous permettre qu’elle tombe», a souligné le Dr Moeti. «Nous devons mieux équiper notre personnel hospitalier et médical afin d’éviter les pires effets d’une augmentation incontrôlée du nombre de cas».

«La pandémie progresse dans 14 pays»

Au cours des deux dernières semaines, le continent a enregistré une hausse de 20% des contaminations par rapport à la quinzaine précédente, selon un communiqué de l’OMS. «La pandémie progresse dans 14 pays et, au cours de la seule semaine précédente, huit pays ont observé une augmentation subite de plus de 30% du nombre de nouveaux cas», a précisé l’organisation.

Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), a été frappée fin mai par une augmentation «exponentielle» des cas, selon le bureau local de l’OMS jeudi. L’Afrique du Sud, officiellement pays le plus touché du continent, a renforcé les restrictions sanitaires et compte désormais plus de 1,6 million de cas pour 56’439 décès.

En Ouganda, le nombre de cas a bondi de 131% en une semaine avec des foyers d’infection notamment dans les écoles et une hausse de cas parmi le personnel de santé. L’Angola et la Namibie observent également une résurgence.

Pénurie de vaccins

Parallèlement, le continent fait face à une pénurie de vaccins et les livraisons sont quasi à l’arrêt sur le continent, selon l’OMS qui espère de nouvelles arrivées dans les prochains mois à travers le dispositif Covax, notamment avec une prochaine annonce de 80 millions de doses des États-Unis.

Au total, 48,6 millions de vaccins ont été reçus et 31,4 millions de doses ont été administrées dans 50 pays. Seulement 2% des Africains à ce jour ont reçu au moins une dose, alors que 24% de la population mondiale est aujourd’hui vaccinée. Six pays ne vaccinent pas encore, quatre sont en Afrique: la Tanzanie, le Burundi, le Tchad et l’Erythrée.

(AFP)

Votre opinion

2 commentaires