France L’aigle pêcheur a été réintroduit sur les rives du Léman
Publié

FranceL’aigle pêcheur a été réintroduit sur les rives du Léman

Un jeune pygargue à queue blanche a été lâché mardi 21 juin depuis Sciez (F), 130 ans après la disparition de cet oiseau en France.

par
Comm/M.P.
Si la réintroduction des aiglons réussit, voilà ce que l’on pourrait voir plus tard sur le Léman lorsque ces oiseaux seront devenus adultes. Image d’illustration.

Si la réintroduction des aiglons réussit, voilà ce que l’on pourrait voir plus tard sur le Léman lorsque ces oiseaux seront devenus adultes. Image d’illustration.

Getty Images

Un jeune aigle pêcheur s’est envolé mardi 21 juin à 7 h 55 dans la nature. «Nous attendions ce premier vol depuis si longtemps! Aujourd’hui c’est l’aboutissement de près de 15 ans de travail» confie, très ému, Jacques-Olivier Travers, fondateur du projet de réintroduction des aigles du Léman.

L’aiglon nommé Crédit Agricole d’après l’un des sponsors du programme, s’est élancé le premier du nid qu’il occupait depuis 81 jours avec ses parents. Cette année quatre jeunes pygargues à queue blanche, leur autre nom, vont être réintroduits, deux mâles et deux femelles, communique le parc Les aigles du Léman, situé à Sciez, sur la rive française. Les prochains envols sont prévus dans les jours qui viennent.

Cette réintroduction est une double première puisqu’elle teste une nouvelle méthode baptisée «réintroduction parentale» et elle permet pour la première fois en Europe à des pygargues nés en captivité de retourner dans la nature. On construit pour cela un double nid, les parents restant dans un enclos tandis que celui du jeune est ouvert. «Nous attendons de savoir maintenant si le premier jeune va revenir se nourrir auprès de ses parents restés dans la volière. Si comme nous l’espérons c’est le cas, la technique testée aura fait ses preuves» explique Eva Meyrier la biologiste du parc.

Le jeune pygargue, à droite, est à côté de sa maman juste avant son envol.

Le jeune pygargue, à droite, est à côté de sa maman juste avant son envol.

Les Aigles du Léman

80 réintroductions prévues

Le comportement des aiglons va être suivi grâce aux balises GPS qui ont été offertes par les partenaires du projet: le département de la Haute-Savoie, la commune de Sciez, le Crédit agricole et la société des Eaux de Thonon. Le grand public peut accompagner quasi en direct ce retour à la nature en parrainant un aiglon et en suivant son évolution sur un an grâce aux caméras dans les volières et aux balises GPS. Après cette première année, 80 pygargues vont être réintroduits au cours des prochaines années.

«En novembre 1892, dans la forêt de Ripaille, à moins de 8 km d’ici, les deux jeunes pygargues de la dernière nichée de France continentale, ont été abattus. 130 ans après, voir un jeune aiglon, né au même endroit ou presque, retourner dans la nature est une joie pour toute l’équipe du projet mais aussi le signe que l’on peut réparer ce que l’on a détruit» conclut Jacques-Olivier Travers.

Parallèlement, un espace pédagogique entièrement dédié au pygargue et à son projet de réintroduction a été mis en place sur le site même du parc des Aigles du Léman. Tous les visiteurs peuvent durant les trois mois d’ouverture du parc de Sciez bénéficier de visites guidées afin de mieux comprendre ce projet unique.

Votre opinion

14 commentaires