Publié

SantéL’alcool est à l’origine d’un acte violent sur deux

Lausanne étudie des mesures pour limiter les rixes nocturnes alcoolisées.

par
Elodie Lavigne. Avec la collaboration de www.planetesante.ch

Selon un sondage réalisé par l’Office fédéral de la Santé publique en 2007, près de la moitié des actes de violence, quels qu’ils soient, sont perpétrés sous l’emprise de l’alcool. Les plus fréquents sont le tapage nocturne, les altercations, les coups et blessures, les vols, mais aussi la violence domestique et les crimes sexuels. Même s’il ne suffit pas à lui seul à expliquer le recours à la violence, l’alcool en est le principal facteur de risque. Comment expliquer son impact sur nos comportements? Une partie de la réponse réside dans son action sur l’organisme. Après son ingestion, l’alcool passe très vite dans le sang, pour atteindre ensuite les zones riches en graisse ou en eau, le cerveau par exemple. Comme d’autres substances psychotropes addictives, l’alcool agit sur le système de récompense (zones du cerveau qui gèrent notre motivation à agir de façon adaptée) en augmentant la décharge en dopamine, à l’origine de la sensation de bien-être ou, à plus haute dose, de l’ivresse. Mais il agit surtout sur les circuits de certains neurotransmetteurs et perturbe l’équilibre fragile entre les zones de contrôle et d’agitation de notre cerveau.

Votre opinion