Publié

FOOTBALL«L’ambiance est aussi géniale que quand le mur est tombé»

Les supporters de la Mannschaft sont venus de toute l'Allemagne pour accueillir les champions du monde.

«L’ambiance est aussi géniale que le jour où le mur est tombé», confie Christine Felgentreff, une enseignante de 53 ans.

«Oh comme c’est beau, oh comme c’est beau» chantait sous un ciel ensoleillé, devant la Porte de Brandebourg, une foule compacte, rassemblant toutes les générations, aux couleurs nationales noir-rouge-or. Ils ont patienté depuis le petit matin, entonnant différents airs comme «Deutschland tu es le meilleur club de la terre» et «Nous sommes champions du monde chalalalala» en sautant et levant les bras en l’air...

Christine Felgentreff explique que son mari Ulrich a déjà vécu trois titres (1954, 1974, 1990) et est né l’année du premier en 1954 : «Chacun ressent une immense fierté». «Le rêve aurait été de gagner en 2006 quand l’Allemagne organisait la Coupe du Monde, mais ce titre au Brésil reste extraordinaire», dit-elle, en expliquant avoir conduit 630km depuis Aix-la-Chapelle pour assister au retour historique de la Mannschaft.

Tom Hettel, un lycéen de 16 ans, est venu de la région de Hesse avec son copain Felix. «On voulait voir les champions du monde. C’est un moment dont je me souviendrai toute ma vie», explique-t-il.

Selon des témoins, des fans ont passé la nuit dans leur voiture pour s’assurer d’une bonne place dans la zone des supporters. Dès le milieu de matinée, cette zone avait déjà saturé sa capacité d’accueil de 250'000 personnes, selon la police, au long de l’avenue du 17 juin longue de 1,2 km de long.

Mais en comptant les supporters, présents dans les rues mais n’ayant pu accéder à l’aire aménagée pour la fête, ce sont des centaines de milliers de personnes qui ont applaudi les "héros" champions du monde. «Ce ne sont pas seulement les Berlinois qui sont là. C’est toute la République qui est rassemblée», s’est réjoui le maire de la capitale, Klaus Wowereit, heureux que les supporters aient afflué des quatre coins du pays.

(AFP)

Votre opinion