L’ambulancière ne reconnaît pas sa fille qu’elle soigne avant sa mort

Actualisé

CanadaL’ambulancière ne reconnaît pas sa fille, qu’elle soigne avant sa mort

Intervenant sur un accident de voiture, la soignante n’a pas identifié la blessée, tant elle était défigurée. Ce n’est qu’en rentrant à la maison qu’elle a appris l’horrible vérité,

par
Michel Pralong
L’ambulancière, en larmes, au milieu de ses collègues bouleversés, à tenu à témoigner de sa tragédie à la télé en hommage à sa fille.

L’ambulancière, en larmes, au milieu de ses collègues bouleversés, à tenu à témoigner de sa tragédie à la télé en hommage à sa fille.

Capture CBC

C’est une histoire atroce qui s’est déroulée le 15 novembre dernier. Une ambulancière est intervenue sur les lieux d’un accident de la route au nord de Calgary, au Canada. Un conducteur avait perdu le contrôle de sa voiture et était entré en collision avec un camion venant en face. Lui avait pu s’extraire de sa voiture mais sa jeune passagère était grièvement blessée.

L’ambulancière a rejoint la victime dans la carcasse de la voiture, prenant soin d’elle et tentant de la réconforter. Elle a tout de suite vu qu’elle était très grièvement blessée, elle était totalement défigurée. Elle a attendu avec elle qu’on puisse la désincarcérer et l’emmener en hélicoptère à l’hôpital.

En rentrant de l’intervention, l’ambulancière a fait part de son chagrin et de sa frustration à son collègue, sachant que la jeune fille allait certainement mourir et qu’une famille allait être en deuil. Ce qu’elle ignorait, c’est que cette famille, c’était la sienne, raconte CBS.

«Mon pire cauchemar est devenu réalité»

Car en rentrant chez elle, l’ambulancière a trouvé la police qui venait lui apprendre l’horrible nouvelle. Cette jeune fille qui est presque morte dans ses bras, c’était sa propre fille. «Mon pire cauchemar en tant qu’ambulancière est devenu réalité, a-t-elle écrit par la suite sur Facebook. La patiente grièvement blessée que je venais de soigner était ma chair et mon sang. Mon enfant unique. Mon mini-moi. Ma fille, Montana. Ses blessures étaient si horribles que je ne l’ai même pas reconnue».

Par la suite, l’ambulancière a parlé aux médias depuis la caserne des pompiers paramédicaux, ses collègues étant en larmes, autour d’elle: «C’était une combattante et elle s’est battue jusqu’au jour de sa mort et elle était belle. Elle était si belle, a-t-elle dit en hommage à sa fille. Si jamais elle devait faire un effort dans quoi que ce soit, elle y parvenait toujours».

Ton opinion