États-Unis - L’Amérique soulagée après le verdict dans l’affaire George Floyd
Publié

États-UnisL’Amérique soulagée après le verdict dans l’affaire George Floyd

Après le verdict qui a reconnu la culpabilité du policier Derek Chauvin dans le meurtre de George Floyd, les réactions se sont multipliées aux États-Unis.

La vice-présidente Kamala Harris et le président Joe Biden à Washington, mardi 20 avril 2021.

La vice-présidente Kamala Harris et le président Joe Biden à Washington, mardi 20 avril 2021.

AFP

Un «tournant dans l’Histoire», un nom devenu «synonyme de justice», un soulagement: les réactions pleuvaient mardi aux États-Unis, et à travers le monde, après le verdict qui a reconnu le policier américain Derek Chauvin coupable de la mort de l’Afro-Américain George Floyd.

Dans un discours solennel, le président américain Joe Biden a appelé l’Amérique à lutter contre le racisme qui «entache» son âme. «L’heure est venue pour ce pays de se rassembler», a ajouté le président américain. «Le verdict de culpabilité ne fera pas revenir George» mais cette décision peut être le moment d’un «changement significatif».

À ses côtés, Kamala Harris, a déclaré son «soulagement». «Cela n’enlève toutefois pas la douleur», a poursuivi la première vice-présidente noire de l’histoire des États-Unis. «Les Américains noirs, particulièrement les hommes noirs, ont été traités à travers ce pays comme s’ils n’étaient pas des hommes», a lancé l’ex-sénatrice. «Nous devons encore réformer le système.»

Peu après le verdict, tous deux avaient appelé par téléphone la famille Floyd. «Nous sommes tous tellement soulagés», leur avait confié le président. «J’aurais aimé être là pour vous prendre dans mes bras.» «L’Histoire se souviendra de ce moment», leur avait promis Kamala Harris. «Coupable! Une justice obtenue dans la douleur a finalement été accordée à la famille de George Floyd», a réagi l’avocat de ces derniers, Ben Crump. «Ce verdict est un tournant dans l’Histoire.»

Barack Obama: «On ne peut pas s’arrêter là»

«Aujourd’hui, un jury à Minneapolis a fait ce qu’il fallait faire», a réagi de son côté l’ancien président américain Barack Obama. «Mais si nous sommes honnêtes, nous savons que la vraie justice va bien plus loin qu’un seul verdict dans un seul procès», a ajouté le premier président noir des États-Unis, en appelant à poursuivre «le combat» pour lutter contre le racisme et les violences policières. «On ne peut pas s’arrêter là.»

«La couleur de peau détermine encore bien trop souvent comment quelqu’un est traité dans presque toutes les sphères de la vie américaine», a souligné pour sa part Bill Clinton. «Si le verdict ne nous ramènera pas George Floyd, il peut nous aider à empêcher d’autres morts insensées et nous rapprocher du jour où nous serons tous traités de la même manière», a ajouté l’ex-président démocrate.

L’émotion était évidemment palpable pour la famille de George Floyd. «Nous avions besoin d’une victoire dans ce dossier, c’était très important et nous l’avons eue», a confié Rodney Floyd à l’AFP. «Nous allons peut-être respirer un peu mieux maintenant», a-t-il poursuivi, en écho aux derniers mots de son frère, George Floyd, «Je ne peux pas respirer».

«Aucun verdict ne peut nous ramener George Perry Floyd. Mais ce verdict envoie bien le message à sa famille qu’il était quelqu’un, que sa vie comptait, que chacune de nos vies compte», a déclaré le procureur afro-américain Jerry Blackwell, membre de l’équipe de l’accusation au procès de Derek Chauvin.

George Floyd, un nom «synonyme de justice»

«Grâce à vous, et grâce aux milliers, aux millions de gens qui ont manifesté à travers le monde pour la justice, votre nom restera à jamais synonyme de justice», a déclaré la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, devant le Capitole peu après le verdict.

«J’espère que ce verdict apportera un certain réconfort» à la famille Floyd «et à tous ceux qui ne peuvent pas s’empêcher de se reconnaître dans cette histoire», a écrit le patron de Facebook Mark Zuckerberg. «Nous sommes solidaires avec vous, conscients qu’il s’agit d’un combat plus vaste contre le racisme et l’injustice.»

Pour la NBA, «justice semble avoir été rendue»

Adam Silver, le patron de la NBA, l’association professionnelle de basket aux États-Unis, a salué également mardi le verdict reconnaissant le policier Derek Chauvin coupable du meurtre de George Floyd. Dans un communiqué commun avec Michele Roberts, le directeur de l’Association des joueurs de basket, le patron de la NBA a promis que son organisation poursuivrait sa campagne en faveur de réformes dans la justice et la police aux États-Unis.

«Le meurtre de George Floyd a été un point de rupture dans la façon avec laquelle nous considérons les problèmes de race et de justice dans notre pays, et nous sommes heureux de voir que la justice semble avoir été rendue», ont déclaré les deux hommes.

Les joueurs de la NBA se sont joints aux manifestations qui ont éclaté dans tout le pays après le décès de George Floyd. Les joueurs des Minnesota Timberwolves et des Minnesota Lynx ont également salué ce verdict dans un communiqué commun.

Émotion à Minneapolis

Devant le tribunal de Minneapolis, où plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées en anticipation de la nouvelle, la foule a exulté à l’annonce du verdict. Immédiatement, les larmes ont commencé à couler sur plus d’un visage. «J’y crois pas… Coupable!» déclare incrédule Lavid Mack, un jeune homme de 28 ans perché sur un plot de béton pour voir le monde rassemblé. Il ne pensait pas que Derek Chauvin serait condamné.

Une femme s’écarte de la foule, et trop émue pour parler, tombe dans les bras d’une amie. Une autre, les larmes coulant sur ses joues, exprime son soulagement: «Maintenant on peut enfin commencer à respirer», lâche Amber Young. «Cette année a été un tel traumatisme. Désormais j’espère que l’on pourra panser nos plaies», ajoute-t-elle.

Cris de joie devant le tribunal de Minneapolis après l’annonce du verdict.

Cette femme afro-américaine se tourne maintenant vers une autre lutte: «On doit se battre pour Daunte Wright maintenant», en référence au jeune homme noir de 20 ans tué le 11 avril par une policière blanche en banlieue de Minneapolis. Le poing en l’air, un groupe d’une dizaine de personnes reprend en chœur: «Black power! Black power!»

Les célébrations se sont cependant vite déplacées vers le sud de la ville, à l’endroit même de la mort de George Floyd. Sur ce coin de rue, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées pour fêter le verdict. Là encore poing levé, ils ont chanté le nom de George Floyd.

(AFP)

Votre opinion