Actualisé

Grand écranLancement de Gokino, site de cinéma à la demande

Un système de cinéma à la demande a été lancé mercredi à Genève et à Zurich.

Une trentaine de salles participent à ce lancement.

Une trentaine de salles participent à ce lancement.

Keystone

Gokino.ch permet au public de programmer la séance qu'il souhaite visionner dans une salle obscure. Après une phase-test de six mois, il sera petit à petit étendu à toute la Suisse.

Une trentaine de salles participent à ce lancement: Grütli et Pathé à Genève, Arthouse, KInos et Houdini à Zurich, a expliqué le producteur Thierry Spicher mercredi 15 octobre à Lausanne.

A l'heure où le cinéma vit un changement comparable à celui qu'a vécu le disque, avec en plus une offre pléthorique, on fait le pari que le public va continuer à aller au cinéma. Car vivre des émotions avec des inconnus, dans une salle obscure sur grand écran reste une expérience unique. «C'est le sens de notre proposition», a relevé le co-gérant d'Outside The Box, l'un des deux partenaires du projet.

Préachat

Pour organiser une séance, il faut en faire la demande sur le site. Gokino vérifie tout d'abord que les droits sont bien disponibles. Si un film n'est pas dans la base de données, le site fournit une réponse dans les 48 heures. Si elle est positive, la séance est publiée et mise en vente, note Thierry Spicher. Sinon Gokino poursuit ses recherches et tient le client informé.

Les spectateurs intéressés préachètent leur place à l'aide de leur carte de crédit. Celle-ci n'est débitée que si la séance a lieu, a précisé l'initiateur du projet. Au cas où le nombre minimal de spectateurs n'est pas atteint à la date limite fixée par la salle, les intéressés sont avertis de l'annulation.

Prix fixé par les salles

Lorsque le film est disponible, le «programmateur» choisit parmi les plages proposées par le cinéma, par exemple mardi 16 heures au Rialto. Le site communique le prix fixé par les salles (entre 10 et 15 francs pour l'heure à Genève), ainsi que le minimum de spectateurs requis.

Les données fournies par la clientèle ne sont pas utilisées à des fins publicitaires, a précisé Thierry Spicher. Le «programmateur» fait ensuite lui-même de la promotion auprès de ses connaissances, avec l'aide du site s'il le souhaite. Actuellement, il faut un délai d'environ deux semaines pour organiser une projection.

Large public cible

«Nous n'avons pas inventé grand-chose: les Hollandais proposent un système de cinéma à la carte avec «We want cinéma», les Français avec «I like Cinéma», les Américains avec «Gathr». Mais Gokino ne proposera pas de catalogue, cela limite trop le choix, a souligné l'initiateur du projet.

Selon le producteur, le public cible est très large: cela va de la célébration d'un anniversaire aux séances pour les seniors, les expatriés, les universitaires ou de l'événementiel pour les entreprises.

Aussi les petites salles

Après Genève et Zurich, le co-gérant espère très vite étendre le système à d'autres villes. Lausanne pourrait en bénéficier dès janvier, a-t-il relevé.

L'entreprise sera pertinente d'ici cinq ans et devrait se simplifier, à l'exemple du système Mobility. «A terme, nous visons 2 à 3% de marché», a-t-il précisé. De son avis, les petites salles devraient davantage être intéressées que les grandes.

Selon la répartition prévue, 30% des revenus vont à la salle, 30% au distributeur et 40% au système. Les distributeurs suisses sont d'accord sur le principe. Mais il va falloir surmonter des blocages potentiels et négocier avec eux le prix des droits qui peut être très différent d'un film à l'autre, relève Thierry Spicher.

Deux partenaires

Gokino.ch est une initiative commune de Outside the Box et de la plate-forme de cinéma Cinergy (Cineman) à Zurich. Les copropriétaires ont investi un demi-million dans l'aventure. L'entreprise compte actuellement cinq collaborateurs.

Le lancement de ce service de cinéma à la demande est soutenu par l'Office fédéral de la culture à hauteur de 35'000 francs et de 12'000 euros (14'500 francs) par le programme européen Media.

(ats)

Votre opinion