Publié

Suisse romandeLancement de la campagne en faveur de l'initiative 1:12

La campagne en faveur de l'initiative 1:12 a été lancée simultanément jeudi dans cinq cantons romands, a indiqué le PS dans un communiqué.

La campagne a été lancée à Vevey devant le siège de Nestlé avec deux caddies, l'un rempli l'autre non.

La campagne a été lancée à Vevey devant le siège de Nestlé avec deux caddies, l'un rempli l'autre non.

Keystone

Partis de gauche et syndicats ont mené diverses actions, devant des succursales d'UBS et Credit Suisse, ainsi que le siège de Nestlé, des lieux jugés symboliques afin de lancer la campagne en faveur de l'initiative 1:12 en Suisse romande.

A Sion, Fribourg, Genève et Neuchâtel, les partisans du «oui» se sont réunis devant les sièges des grandes banques armés de ballons: l'un doré, plus gros que douze petits ballons rouges pour représenter les écarts salariaux entre dirigeants et employés au sein de l'entreprise.

Le directeur général de Credit Suisse Brady Dougan gagne 100 francs en moins d'une minute, une somme qu'un employé de banque met quatre heures à acquérir, a dénoncé le comité de campagne neuchâtelois. Et UBS, «malgré les quelque 2,5 milliards de pertes enregistrées en 2012, a versé le même montant en bonus» pour la période, a rappelé le comité valaisan devant la presse.

Les Vaudois ont choisi le siège de Nestlé à Vevey (VD) pour lancer la campagne. Et pour illustrer l'écart salarial entre le dirigeant de la multinationale Paul Bulcke et son employé le moins bien payé, ils ont rempli deux caddies de supermarché avec l'équivalent en marchandises de ce que gagne chacun en une minute: le patron avait ainsi pour 78 francs de produits, tandis que le chariot de l'employé ne contenait qu'une pomme à 42 centimes.

«Mettre un terme à ces excès»

«L'initiative 1:12 veut mettre un terme définitif à ces excès», a expliqué le PS dans son communiqué. Car, tandis que les rémunérations de l'immense majorité des employés n«a que peu progressé, les salaires des cadres supérieurs ont littéralement explosé, a dénoncé le parti.

Le texte, lancé par la Jeunesse socialiste suisse, veut des salaires équitables. Elle vise à limiter à un rapport 1:12 la différence entre le plus haut et le plus bas salaire dans une entreprise.

Les comités cantonaux sont composés de membres de la Jeunesse socialiste, du PS, des Verts et de partis plus à gauche de l'échiquier politique comme SolidaritéS, mais aussi de représentants des sections cantonales de l'Union syndicale et d'Unia.

Ils prévoient notamment d'organiser des distributions de tracts dans les villes et de poursuivre leur action «drapeaux». Leur objectif est d'atteindre les 10'000 drapeaux accrochés au balcons et fenêtres du pays d'ici le scrutin du 24 novembre.

Dans le Jura, la campagne sera lancée ultérieurement et ce «pour des raisons organisationnelles», a indiqué Loïc Dobler, secrétaire politique de la section cantonale du PS. Les efforts se concentrent par ailleurs sur le vote sur la Question jurassienne, agendé à la même date, a-t-il expliqué.

(ats)

Votre opinion