Ski alpin – Lara Gut-Behrami: «Un signal positif de reprendre avec un podium»
Actualisé

Ski alpinLara Gut-Behrami: «Un signal positif de reprendre avec un podium»

La Tessinoise a terminé samedi au deuxième rang de la première course de la saison lors du géant de Sölden. Elle n’a rien pu faire face à Mikaela Shiffrin.

par
Sylvain Bolt
(Sölden)
Lara Gut-Behrami était satisfaite de sa performance.

Lara Gut-Behrami était satisfaite de sa performance.

AFP

En tête après la première manche du géant de Sölden, Lara Gut-Behrami n’a pas réussi à garder son mince avantage (2 centièmes) sur Mikaela Shiffrin. La Tessinoise, championne du monde de la spécialité, a finalement été battue de 14 centièmes par l’Américaine, auteure d’une démonstration lors de la deuxième manche. L’Américaine, qui s’alignera à nouveau en vitesse cette saison, a fêté le 70e succès de sa carrière.

Sur le podium, on retrouve la Slovaque Petra Vlhova (3e à 1’’30), détentrice du grand globe de cristal. Gut-Behrami n’a donc pas réalisé la passe de trois dans la station autrichienne, où elle avait triomphé en 2013 et 2016. Elle a cependant une nouvelle fois montré qu’il faudrait à nouveau compter avec elle cette saison et notamment en géant. «C’est clairement un signal positif de reprendre la saison avec un podium, s’est réjouie la Suissesse. C’était important pour moi de bien skier et surtout avec une telle intensité déjà en octobre.»

«Trop tôt pour en tirer des enseignements»

La skieuse de 30 ans, deuxième du général la saison passée, se retrouve ainsi sur le podium entourée de ses deux principales rivales dans la quête du Graal. «On a couru seulement deux manches, il faut relativiser, a-t-elle souligné après la course. Sölden est toujours un peu spécial, c’est trop tôt pour en tirer des enseignements

Sur le glacier du Rettenbach, sous le soleil et avec un nombreux public (9’000 personnes), deux autres Suissesses se sont qualifiées pour la 2e manche: Andrea Ellenberger, 28e du premier tracé, s’est classée 24e. Michelle Gisin, elle, a rétrogradé de la 17e à la 25e place.

Il s’agit toutefois d’une performance encourageante pour l’Obwaldienne, dont la préparation a été perturbée par une forme de mononucléose et qui était incertaine pour l’ouverture de la Coupe du monde. «C’est vraiment cool d’être déjà ici maintenant, a-t-elle lâché radieuse. Ma maladie n’est pas encore complètement guérie et j’ai vécu des moments difficiles.»

Dimanche, les hommes entreront en scène pour le premier géant de la saison à Sölden.

Votre opinion