Football: «L'arbitre aurait dû voir qu'il y avait penalty»

Publié

Football«L'arbitre aurait dû voir qu'il y avait penalty»

Lésé par M. Jacottet, le FC Sion a subi un cruel revers contre Zurich (1-2). Murat Yakin ne comprend pas l'attitude du directeur de jeu.

par
N. Jr
Murat Yakin aura beau protester, il n'obtiendra pas gain de cause.

Murat Yakin aura beau protester, il n'obtiendra pas gain de cause.

Keystone

Dans tous les stades du monde, il est assez rare que deux entraîneurs aient vu le même match et en livrent une analyse grosso-modo similaire. Généralement, chaque technicien revendique sa propre lecture, forcément différente de celle de son homologue.

Mais jeudi soir à Tourbillon, au terme de la cinquième défaite du FC Sion en championnat, Murat Yakin et Ludovic Magnin sont tombés d'accord sans même avoir à se consulter. Au point que c'est le coach vaudois du FC Zurich qui, le premier et sans même qu'on l'y invite, a tenu à rectifier la vérité du terrain. En affirmant en l'occurrence combien l'issue de la partie, cruelle pour les Valaisans, surpris à la 90e minute par la réussite de Ceesay, lésait leurs intérêts. «Sion méritait au moins un point, convenait justement le coach du Letzigrund. On a terriblement souffert en reculant en deuxième période. On s'en est sorti uniquement grâce à notre caractère.»

«Tout le monde a vu»

Dans l'autre camp, au-delà des conséquences de la défaite (Sion a conservé son statut de lanterne rouge), ce sont les circonstances l'y ayant conduit qui animaient toutes les discussions. Et surtout la scène du penalty refusé à Sion alors que l'on jouait la 89e minute, provoquant la colère de Murat Yakin après celle de ses joueurs sur la pelouse.

«Tout le monde a vu qu'il y avait penalty et l'arbitre aurait dû le voir aussi, pestait le successeur de Jacobacci. Les images sont d'ailleurs formelles. Cela nous a bien sûr pénalisés.» Jeudi soir, M. Jaccottet a préféré fermer les yeux sur la grossière charge de Rüegg sur Adryan, alors que le Brésilien avait mis son défenseur dans le vent. Et comme Zurich devait inscrire le but de la victoire dans la foulée, on peut comprendre l'énervement des Valaisans.

«Nous n'avons pas été récompensés de nos efforts, reprend Yakin. Malgré ce revers cruel, l'équipe a bien su réagir après ce qui s'était passé à Thoune (ndlr: défaite 4-1 alors que son nouveau coach, encore suspendu, se trouvait dans les tribunes). Dommage que nous n'ayons pas été plus efficace à la conclusion.»

A Tourbillon, Murat Yakin n'a pas manqué d'aller réclamer des explications à M. Jaccottet au moment de regagner les vestiaires. Que lui a-t-il aussi dit ? «Je ne m'en souviens pas vraiment. Mais il n'y avait rien de grossier.»

Moralité: Sion restant sur deux penalties manqués cette saison (Adryan contre YB et Kasami contre Lausanne en Coupe de Suisse), on ne sait pas qui se serait charger de la transformation du troisième...

Ton opinion