Large spectre politique en faveur de l’initiative contre le tabac

Publié

VotationLarge spectre politique en faveur de l’initiative contre le tabac

Les représentants des différentes forces politiques suisses, hormis l’UDC, ont pris la parole ce mardi à Berne pour défendre le texte soumis au peuple.

par
Eric Felley
Le conseiller aux États bernois Hans Stöckli est depuis le début un des grands partisans de l’initiative visant à protéger les jeunes de la publicité du tabac qui sera votée le 13 février 2022.

Le conseiller aux États bernois Hans Stöckli est depuis le début un des grands partisans de l’initiative visant à protéger les jeunes de la publicité du tabac qui sera votée le 13 février 2022.

hansstöckli.ch

Encouragés par des sondages favorables jusqu’ici, les partisans de l’initiative visant à protéger les jeunes de la publicité du tabac ont tenu a présenté ce mardi à Berne la diversité politique qui figure dans leurs rangs. Hormis l’UDC, tous les autres partis au Parlement étaient représentés. Même le PLR, qui est contre, était de la partie avec le médecin et député fribourgeois Jean-Daniel Schumacher: «La publicité pour le tabac est efficace, c’est incontestable, a-t-il déclaré. Si tel n’était pas le cas, pourquoi investirait-on des sommes aussi importantes? Quand on regarde de près la publicité, on s’aperçoit qu’elle cible explicitement les jeunes. »

80% des produits du tabac pour l’exportation

Le Centre était représenté par l’avocat valaisan Sidney Kamerzin (C/VS), pour lequel il est incompréhensible que le Parlement, vu les dépenses de santé colossales induites par le tabac de 3 milliards de francs par année, renonce à des mesures efficaces: «Pour une famille de quatre personnes, cela veut dire que près de 1500 francs par année doivent être payés pour les conséquences du tabagisme sur la santé». Pour les Verts libéraux, c’est le docteur Michel Matter (VL/GE), qui a voulu montrer que la menace économique sur l’industrie du tabac n’était pas si importante: «80% des produits du tabac fabriqués en Suisse sont destinés à l’exportation et une restriction publicitaire au niveau national aurait donc ici des conséquences minimes. De plus, la production de tabac nécessite peu de main-d’œuvre».

Publicité qui vise les jeunes sur internet

Pour la représentante des Vert.e.s, Léonore Porchet (Verts/VD), le contreprojet adopté par le Parlement n’est pas suffisant: «Ces dernières années, la publicité pour le tabac a fortement migré des canaux publicitaires classiques et aujourd’hui, elle est très présente sur internet, les réseaux sociaux, dans les points de vente et festivals. Donc exactement là où les jeunes sont. » Enfin le PS avait délégué son conseiller aux États Hans Stöckli (PS/BE), un des fers de lance de l’initiative, pour qui c’est une question cohérence: «Selon la loi sur les produits du tabac, la vente de produits du tabac au moins de 18 ans est interdite et en conséquence, la publicité pour ceux-ci ne doit pas non plus être autorisée», a-t-il défendu.

À noter, que le groupe des femmes du Centre Suisse (anciennement les Femmes PDC Suisse) a rejoint le comité d’initiative.

Les votations fédérales du 13 février 2022

Ton opinion

3 commentaires