Moyen-Orient: L’armée américaine réduit sa présence en Irak

Publié

Moyen-OrientL’armée américaine réduit sa présence en Irak

Plus de 2000 militaires américains vont quitter l’Irak durant le mois de septembre, a déclaré ce mercredi un général de l’armée. Donald Trump avait annoncé un tel désengagement lors de ses promesses électorales.

Dans un discours prononcé à Bagdad, un général de l’armée américaine a souligné que les États-Unis continueront d’épauler l’armée irakienne dans sa lutte contre l’État islamique.

Dans un discours prononcé à Bagdad, un général de l’armée américaine a souligné que les États-Unis continueront d’épauler l’armée irakienne dans sa lutte contre l’État islamique.

KEYSTONE

L’armée américaine a annoncé mercredi une nouvelle réduction de ses effectifs en Irak. Cette décision est conforme aux promesses électorales du président Donald Trump candidat à sa réélection en novembre.

«Les États-Unis ont décidé de réduire leur présence militaire en Irak d’environ 5200 à 3000 militaires durant le mois de septembre», a déclaré le général Kenneth McKenzie, chef du commandement militaire américain au Moyen-Orient.

Dans un discours prononcé à Bagdad à l’occasion de la prise de fonction d’un nouveau commandant de la coalition anti-EI, le général McKenzie a souligné que les États-Unis continueraient à épauler l’armée irakienne dans sa lutte contre les derniers éléments du groupe État islamique (EI) encore actifs dans le pays, et qu’ils maintiendraient une présence limitée en Syrie.

«Nous devons poursuivre notre coopération contre l’EI avec nos partenaires en Irak et Syrie», a-t-il dit, soulignant la confiance de Washington dans la «capacité des forces irakiennes à opérer de façon indépendante».

Plusieurs annonces

La Maison-Blanche avait fait savoir mardi qu’une annonce était proche sur une nouvelle réduction des troupes américaines en Irak, où les soldats américains qui pourchassent les cellules dormantes djihadistes sont confrontés aux attaques croissantes de factions pro-iraniennes.

Un haut responsable de l’administration Trump a également indiqué aux journalistes que le président américain annoncerait prochainement des retraits d’Afghanistan où les États-Unis disposent de 8600 militaires. Lors d’un meeting de campagne en Caroline du Nord, Donald Trump a encore renoué mardi avec sa promesse de désengagement des «guerres sans fin».

Le Pentagone évaluait fin 2019 à 5200 le nombre de ses militaires déployés en Irak, où ils représentent la majorité des 7500 soldats de la coalition internationale antidjihadiste. Mais depuis un an, des dizaines d’attaques à la roquette, attribuées à des groupes pro-iraniens, ont ciblé les forces américaines, ainsi que l’ambassade des États-Unis dans la zone ultra-sécurisée de Bagdad, tuant au moins trois Américains.

(ATS/NXP)

Ton opinion