Publié

Coronavirus en SuisseL’armée transportera les vaccins, les cantons les distribueront

L’armée aura la mission de préparer les kits de vaccination et de les transporter dans les différents cantons, qui organiseront eux-mêmes leur distribution.

Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux,  et Daniel Aeschbach, chef de la Pharmacie de l'armée, se sont exprimés mardi devant la presse.

Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux, et Daniel Aeschbach, chef de la Pharmacie de l'armée, se sont exprimés mardi devant la presse.

KEYSTONE

L’armée se chargera d’acheminer le vaccin depuis le fabricant jusqu’aux cantons, qui se chargeront ensuite de l’administrer à la population. Elle est actuellement en mesure de stocker des doses limitées du vaccin, et pourra prendre en charge l’ensemble des doses d’ici la fin de l’année.

«Nous avons préparé les infrastructures depuis des mois et nous disposons d’entrepôts froids et ultrafroids, où seront stockés les vaccins», a précisé mardi au cours d’un point de presse de l’OFSP Daniel Aeschbach, chef de la Pharmacie de l’armée.

Les lieux de stockage des vaccins font l’objet d’un très haut niveaux de protection de la part de l’armée, a-t-il dit. «Au sein de l’armée nous procédons à une analyse des risques, mais ce contre quoi nous souhaitons nous protéger relève de l’information confidentielle», a ajouté le responsable, sans donner plus de précisions.

L’armée prépare les kits de vaccination. Au besoin, elle fournira de la glace aux cantons.

Daniel Aeschbach estime qu’une collaboration étroite avec les cantons est un facteur de succès. Un premier entretien a eu lieu vendredi dernier et les contacts sont maintenus de façon constante.

Aux cantons de s’organiser

Des centres de vaccination ainsi que des équipes mobiles seront mis en place dans les cantons. La mise en oeuvre de cette planification devrait être possible dès 2021, selon Rudolf Hauri, président de l’association des médecins cantonaux. Les centres de vaccination seront établis sur les sites indépendants mais aussi sur les sites hospitaliers. Des équipes mobiles sont également prévues dans les EMS notamment.

Lorsque beaucoup de doses seront à disposition, les pharmacies devraient aussi pouvoir fournir des vaccins après en avoir obtenu l’autorisation.

Le processus de vaccination va certainement prendre toute l’année voir plus. Il n’est donc pas possible de miser uniquement sur les centres de vaccination, a indiqué Mr. Hauri. Il a également rappelé la nécessité de livrer les doses de vaccins de manière simultanée dans chaque canton.

Le vaccin devrait être gratuit pour les personnes qui possèdent une assurance maladie. Les cantons prennent en charge les coûts de la mise en place d’infrastructures.

(ats/nxp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!