Tir mortel d’Alec Baldwin – L’armurière de «Rust» met en cause le fournisseur des balles
Publié

Tir mortel d’Alec BaldwinL’armurière de «Rust» met en cause le fournisseur des balles

L’armurière accuse le fournisseur des munitions utilisées pour tourner le western d’avoir laissé des balles réelles au milieu des cartouches factices.

Le shérif du comté de Santa Fe, qui supervise l’enquête, a estimé «qu’il y avait un certain laisser-aller sur ce plateau». (Image d’illustration)

Le shérif du comté de Santa Fe, qui supervise l’enquête, a estimé «qu’il y avait un certain laisser-aller sur ce plateau». (Image d’illustration)

AFP

L’armurière du tournage de «Rust», sur lequel une cinéaste a été accidentellement tuée par l’acteur Alec Baldwin, a porté plainte mercredi contre le fournisseur des munitions utilisées pour ce western, l’accusant d’avoir laissé des balles réelles au milieu des cartouches factices.

Hannah Gutierrez-Reed était l’armurière responsable des armes à feu pour ce film tourné au Nouveau-Mexique, où la directrice de la photographie Halyna Hutchins a été mortellement blessée le 21 octobre.

Elle avait été touchée par une balle réelle qui se trouvait dans le revolver présenté à Alec Baldwin comme une arme inoffensive et qu’il a actionné en répétant une scène. Conformément aux règles de sécurité en vigueur dans l’industrie du cinéma, les munitions réelles sont totalement proscrites sur les tournages, précisément pour éviter ce genre d’accident.

Négligence fautive

Dans sa plainte au civil déposée mercredi auprès d’un tribunal du Nouveau-Mexique, Hannah Gutierrez-Reed reproche au fournisseur, Seth Kenney, d’avoir fourni à la production de «Rust» des «munitions qui étaient présentées à tort comme des munitions factices», donc inertes et dépourvues de poudre, «alors qu’elles contenaient à la fois des munitions factices et réelles».

Selon le récit fait par l’armurière dans sa plainte, les policiers ont découvert après le drame «sept balles» soupçonnées d’être réelles. Elles étaient réparties entre une boîte de cartouches, un chariot sur lequel se trouvaient d’autres munitions, et des cartouchières destinées à servir d’accessoires aux comédiens.

Pour la jeune armurière et ses avocats, Seth Kenney et sa société «ont créé des conditions dangereuses sur le tournage, à l’insu de Hannah Gutierrez-Reed». Leur négligence fautive a «entraîné l’introduction de munitions réelles sur le plateau, ce qui a eu pour résultat une catastrophe prévisible», insiste la plainte, qui réclame des dommages et intérêts sans en préciser le montant.

Aucune arrestation

Seth Kenney avait indiqué aux enquêteurs qu’il avait potentiellement pu vendre à la production du film des munitions assemblées artisanalement -- peut-être à partir d’éléments recyclés -- dont le logo correspond à celui figurant sur la cartouche mortelle. Mais il a ensuite formellement exclu cette éventualité lors d’une interview à la chaîne ABC.

Aucune arrestation n’a eu lieu à ce stade mais la justice n’a pas exclu d’éventuelles poursuites pénales si des responsabilités étaient établies. Le shérif du comté de Santa Fe, qui supervise l’enquête, a estimé «qu’il y avait un certain laisser-aller sur ce plateau».

De son côté, Alec Baldwin, également producteur du western, assure ne pas avoir pressé la détente du revolver qu’il avait en main lorsque le coup est parti. Bien que très peiné par la mort d’Halyna Hutchins, il a déclaré ne se sentir ni coupable ni même «responsable» de son décès.

(AFP)

Votre opinion