Mobilité: L’ATE contre la réservation obligatoire pour transporter des vélos dans le train
Publié

MobilitéL’ATE contre la réservation obligatoire pour transporter des vélos dans le train

Dès mars prochain, les CFF étendront l’obligation de réservation pour le transport de vélos à bord des Intercity longue distance, ce que n’approuve pas l’Association Transports et environnement (ATE).

1 / 1
Pour l’ATE, la réservation obligatoire pour les vélos sur les tous les trains longue distance n’est pas une solution (photo prétexte).

Pour l’ATE, la réservation obligatoire pour les vélos sur les tous les trains longue distance n’est pas une solution (photo prétexte).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

L’Association Transports et environnement (ATE) s’oppose à la réservation obligatoire pour l’embarquement des vélos dans les Intercity. C’est un obstacle à l’utilisation des transports publics. Les CFF devraient plutôt développer un concept d’accueil des vélos.

Aujourd’hui, la réservation pour les vélos est nécessaire sur la ligne du pied du Jura et celle du tunnel de base du Gothard. Dès le 21 mars 2021, les CFF vont étendre cette obligation à toutes les lignes longue distance. Pour l’ATE, cette décision va à l’encontre de la tendance actuelle.

La petite reine connaît en Suisse un essor fantastique non seulement pour les déplacements quotidiens mais aussi dans les loisirs. Cet engouement s’est encore renforcé avec la crise du Covid. La demande en cartes journalières vélo a augmenté de 40% en juillet dernier rapport à la même période en 2019.

Une phase de transition

Pour l’ATE, la réservation obligatoire n’est acceptable qu’à titre transitoire. Le temps de permettre aux CFF de mettre à disposition des wagons pour permettre d’accueillir des vélos et autres engins de sport dans des compartiments multifonctions.

Durant cette phase de transition, la réservation obligatoire ne doit pas entraîner des coûts supplémentaires pour la clientèle. Dès lors, le montant de la réservation doit être déduit du prix de la carte journalière vélo. Si ce changement de priorité ne se fait pas, les Suisses risquent de compter toujours plus sur la voiture pour leurs loisirs, estime l’ATE.

(ATS/NXP)

Votre opinion