Tabou: L’attraction sexuelle génétique entre parents, mythe ou réalité?
Actualisé

TabouL’attraction sexuelle génétique entre parents, mythe ou réalité?

Etre attiré par une personne avec qui on a des liens du sang dérange profondément et soulève une foule de questions d’ordre moral et éthique.

par
Stéphany Gardier
Ben, 32 ans, et Kim, 51 ans, vivent en couple, veulent se marier et avoir un enfant. Ce n’est ni la différence d’âge ni ce projet de grossesse tardive qui a choqué l’opinion publique quand cette affaire a été révélée. Mais le fait que Kim soit la mère de Ben. Séparés après la naissance de celui-ci, ils ne se sont retrouvés qu’à l’âge adulte. En réalité, les cas de coup de foudre entre individus apparentés ne sont pas rares. Si les spécialistes ont du mal à expliquer le phénomène, certains lui ont donné un nom: l’attraction sexuelle génétique.

Ben, 32 ans, et Kim, 51 ans, vivent en couple, veulent se marier et avoir un enfant. Ce n’est ni la différence d’âge ni ce projet de grossesse tardive qui a choqué l’opinion publique quand cette affaire a été révélée. Mais le fait que Kim soit la mère de Ben. Séparés après la naissance de celui-ci, ils ne se sont retrouvés qu’à l’âge adulte. En réalité, les cas de coup de foudre entre individus apparentés ne sont pas rares. Si les spécialistes ont du mal à expliquer le phénomène, certains lui ont donné un nom: l’attraction sexuelle génétique.

The New Day

Ben Ford et Kim West posent tout sourire à la une du magazine The New Day. Le titre reprend une déclaration de Kim: «Je suis amoureuse de mon fils, et je veux un bébé!» De quoi déclencher un déluge de commentaires, sur le site Web du journal britannique, mais aussi sur ceux des – nombreux – autres médias étrangers qui ont relayé l’histoire. Au milieu des critiques et des jugements sur cette relation incestueuse consentie, certains font valoir le concept d’«attraction sexuelle génétique» (ou GSA, pour genetic sexual attraction). A commencer par Kim elle-même, qui déclare dans les colonnes du magazine: «Ce n’est pas de l’inceste, c’est de l’attraction génétique sexuelle.» Une manière détournée de s’affranchir d’un tabou ou un processus biologique réel? La réponse est complexe.

Votre opinion