Publié

EvolutionL’Audi A3 reprend la main dans les compactes de luxe

En 1996, le constructeur allemand lançait l’A3 et créait un nouveau segment sur le marché automobile. Seize ans après, la nouvelle génération améliore encore ses prestations.

par
Gil Egger

«Tiens, si nous construisions une voiture compacte haut de gamme?» se sont dit les dirigeants d’Audi en 1996. Une bonne idée, qui créa un nouveau segment du marché. Un succès aussi, puisqu’il s’en est vendu 2,8 millions depuis! Pour Audi, un échelon gravi vers le luxe, car la réputation de l’époque était plutôt «rustique et solide» que prestigieuse. Les choses ont changé, et l’A3 n’y est pas pour rien. Seize ans après, la troisième génération de l’Audi A3 réussit un petit exploit: celui de retrouver son poids d’origine de 1996. Que celles et ceux qui ont réussi à en faire autant avec leur propre charge pondérale lèvent le doigt! La chasse aux kilos a été menée dans tous les secteurs et, au final, l’économie en totalise quatre-vingt par rapport à la version précédente. Cela ne va pas sans un certain coût puisque les ailes, le capot, les supports des suspensions avant ont été réalisés en aluminium. Une technologie particulière a servi pour les éléments structurels en acier de haute résistance («trempés sur presse» en langage d’ingénieur). Chauffés à mille degrés, formés, ils sont refroidis à deux cents degrés dans la presse, ce qui permet un assemblage fer-carbone très résistant à la traction.

Votre opinion