17.11.2020 à 06:59

FranceLaurence Boccolini: son témoignage émouvant sur l’infertilité

La présentatrice a beau être aujourd’hui une maman comblée, elle n’en oublie pas son «combat douloureux» pour avoir un enfant. Elle se souvient des «traitements, des déceptions et des larmes».

Laurence Boccolini a adopté sa fille Willow le 25 novembre 2013.

Laurence Boccolini a adopté sa fille Willow le 25 novembre 2013.

AFP

Laurence Boccolini a traversé quelques bas dans sa vie. L’un des plus compliqué à gérer a certainement été son impossibilité à fonder une famille. L’animatrice de 57 ans avait révélé son infertilité en 2008 dans son livre «Puisque les cigognes ont perdu mon adresse». Un ouvrage poignant à travers lequel elle expliquait perdre espoir après de nombreuses tentatives de fécondations in vitro (FIV).

Elle a finalement réalisé son rêve en devenant mère d’une petite fille prénommée Willow, le 25 novembre 2013. Un enfant adopté avec son mari Mickaël Fakaïlo. Laurence Boccolini reste malgré tout très concernée par l’infertilité.

Ainsi, ce 15 novembre, la nouvelle recrue de France 2 a publié un post Instagram pour en parler. La présentatrice explique: «Lorsqu’en 2007 j’ai mis le point final au récit de mon livre nous étions encore dans l’ère du tabou, et il était si difficile de trouver son chemin entre les traitements, les déceptions, les larmes, les mots de réconfort qui n’arrivaient jamais, la violence de certains propos aussi bien dans l’entourage que dans le milieu médical, le manque d’information, le manque de références, le manque d’espoir, le «Manque» absolu avec un grand M.»

Laurence Boccolini termine son message en s’adressant aux personnes qui vivent la même situation: «J’espère qu’aujourd’hui, ceux et celles qui se trouvent confrontés à cette douleur peuvent avancer sur un chemin qui leur sera plus doux et plus éclairé que fut le nôtre. Je n’ai rien oublié de ces années. Je n’oublierai jamais ce qu’il a fallu traverser et rien ni personne n’effacera ces années de combat douloureux ou la tristesse et le sentiment d’injustice remplissaient les jours comme les nuits… Courage à ceux qui vivent cette situation. Je pense à vous.»

(LeMatin.ch)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

xena

17.11.2020 à 08:56

c est bien d en parler les femmes concernées se sentent moins seules elles peuvent en parler plus librement c est vrai que ça reste un tabou. alors courage à vous toutes

Monsieurblaguepourrie

17.11.2020 à 08:47

Vous êtes le maillot faible. Je suis terrible hein

Oups

17.11.2020 à 08:44

Elle à une fille ,donc adoptée ? Je croyais qu'elle avait accoucher .