Hockey sur glace: Laurent Perroton: «Je suis toujours marqué»
Publié

Hockey sur glaceLaurent Perroton: «Je suis toujours marqué»

L'entraîneur du HCV Martigny réagit au fait que le champion de MySports League n'aura pas à passer par un barrage pour être promu.

par
Sport-Center
Laurent Perroton a encore mal au coeur pour ses joueurs, lesquels sentaient que la saison 2019-2020 était la leur, avant l'arrivée de l'épidémie du Covid-19.

Laurent Perroton a encore mal au coeur pour ses joueurs, lesquels sentaient que la saison 2019-2020 était la leur, avant l'arrivée de l'épidémie du Covid-19.

Keystone

Entraîneur du HCV Martigny, Laurent Perroton se réjouit de la décision des clubs de Ligue nationale, lundi, d’annuler la relégation dans les championnats 2020-2021 de National League (NL) et de Swiss League (SL). Conséquence pour la MySports League (3e division): le champion sera directement promu et n’aura pas à passer par un barrage face au cancre de SL. «C'était la bonne décision à prendre, lance le technicien français de 46 ans, joint par téléphone. Et, oui, ce sera un peu plus facile de monter. Mais la concurrence sera coriace, avec Bâle et Arosa notamment. A nous de construire une équipe encore plus compétitive que la saison dernière.»

Lors de l'exercice 2019-2020, le HCV Martigny avait remporté son quart de finale et sa demi-finale des play-off en trois matches. Son rêve de promotion s'était éteint avec l'arrivée de l'épidémie de Covid-19, qui avait eu raison du championnat avant le début de la finale (face à Bâle).

«Difficile à encaisser»

L’arrêt brutal a-t-il été digéré? «Avec ce qu’il se passe actuellement dans le monde, je relativise, réagit Laurent Perroton. En revanche, je suis toujours marqué par le dernier meeting que j’ai eu avec mes joueurs. Quand vous êtes autant dominant en play-off (ndlr: 29 buts marqués pour 5 encaissés en 6 rencontres, toutes gagnées) et que vous sentez que c’est votre année, c’est difficile à encaisser. J’ai mal au coeur pour mes gars. En particulier pour ceux qui auraient pu terminer leur carrière par une promotion. C’est dur.»

Jérôme Reynard

Votre opinion