06.10.2020 à 19:10

FootballLausanne est le «meilleur» promu de l’histoire de la Super League

Le club vaudois a réalisé un départ quasi parfait qui le propulse en tête des statistiques établies depuis 2003. Voilà de quoi réjouir Giorgio Contini, son coach, qui n’en attendait peut-être pas autant.

par
Nicolas Jacquier
Les joueurs du LS célébrant samedi soir le but de Boranijasevic (3e depuis la gauche). Y’a de la joie dans les rangs vaudois.

Les joueurs du LS célébrant samedi soir le but de Boranijasevic (3e depuis la gauche). Y’a de la joie dans les rangs vaudois.

Keystone

L’importance d’un départ bien négocié est capitale, encore davantage pour un néo-promu. Lausanne a parfaitement réussi le sien, sans doute au-delà de ce que les Vaudois pouvaient eux-mêmes espérer. Surfer sur l’euphorie d’une promotion permet d’engranger de la confiance – et on sait l’importance de celle-ci.

Après trois journées, le club de la Pontaise a déjà engrangé sept points (deux victoires, un nul) et s’était même installé dans le fauteuil de leader durant quelques heures après son carton de samedi soir contre Zurich (4-0). Une place qu’il aurait pu conserver durant toute la pause internationale si Servette s’était montré plus inspiré à la finition le lendemain à Saint-Gall…

Depuis la création de la Super League en 2003, le LS n’est certes pas le seul néo-promu à avoir effectué un départ aussi convaincant. Zurich (2017), Saint-Gall (2012) et Sion (2006) avaient chaque fois fait aussi bien au niveau des points mais en présentant, dans les trois cas, une moins bonne différence de but que celle affichée par le club vaudois (+5). Ou un moins bon classement. À l’opposé, deux clubs, dont Yverdon en 2005, n’avaient pas encore enclenché leur compteur au même pointage intermédiaire, soit après 270 minutes de championnat.

«Ce qui me réjouit le plus, c’est que nos points, on les a mérités. Il n’est pas question de chance, mais de manière»

Giorgio Contini, coach du LS

Lausanne «meilleur» néo-promu de l’histoire de la Super League et à qui tout semble sourire aujourd’hui, comment son coach accueille-t-il ce titre honorifique? «Je ne suis pas toujours fan des statistiques, répond Giorgio Contini. Mais dans le cas présent, elles traduisent ce que l’on rêvait de faire. On espérait réaliser un bon départ. Mais de là à avoir déjà sept points, peut-être pas… Ce qui me réjouit le plus, c’est que nos points, on les a mérités. Il n’est pas question de chance, mais de manière.»

«Partout, je m’aperçois qu’il y a beaucoup d’experts en tout»

Giorgio Contini, coach du LS

Alors que beaucoup lui prédisaient les pires difficultés d’adaptation, le club vaudois a déjà donné tort à tous ceux estimant qu’il ne possédait pas le calibre pour s’installer dans sa nouvelle catégorie. De quoi aussi amuser le technicien de la Pontaise. «Partout, reprend Contini, je m’aperçois qu’il y a beaucoup d’experts en tout. Mais moi, j’étais convaincu de ce que l’on faisait. Et j’estime que ma vérité, en vivant au quotidien avec le groupe, est plus juste que celle de ceux ne voyant les choses que de loin.»

En avance sur son tableau de marche, Lausanne va pouvoir profiter de la pause pour faire meilleure connaissance avec ses derniers renforts. «Il est toujours plus aisé d’intégrer de nouveaux joueurs quand le groupe surfe sur une série positive, reconnaît son entraîneur. On entend rester la bonne surprise du championnat le plus longtemps possible, en profitant de notre dynamique…»

Si personne ne s’emballe dans les rangs du néo-promu vaudois, chacun sait que les points déjà pris ne sont plus à prendre.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
30 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Dr

07.10.2020 à 17:27

Servette et LS ont offert des derbies historiques dans le passé. C'est bien de les avoir de nouveau dans l'élite.

Et Vaduz alors

07.10.2020 à 14:49

Dans le tableau, il manque le FC Vaduz comme nouvel arrivant en 2020-2021.

JeanneThoz

07.10.2020 à 13:33

Comme ils se font reléguer toutes les saisons, ça devait bien arriver un jour.