Canton de Vaud: Lausanne: le chômage commet une grosse gaffe
Publié

Canton de VaudLausanne: le chômage commet une grosse gaffe

L'Office régional de placement lausannois a transmis une offre d'emploi qui donne une claire priorité aux travailleurs suisses. Une façon de faire maladroite, mais surtout illégale.

par
Ugo Curty
Bio c' Bon, qui a ouvert une enseigne en juin dernier à Lausanne, évoque une erreur de communication avec l'ORP de Lausanne pour la publication de cette offre d'emploi.

Bio c' Bon, qui a ouvert une enseigne en juin dernier à Lausanne, évoque une erreur de communication avec l'ORP de Lausanne pour la publication de cette offre d'emploi.

Maxime Schmid/LMS

«Préférence sera donnée à des personnes de nationalité suisses (sic).» La formulation a de quoi surprendre. Surtout lorsqu’elle figure dans une offre d’emploi relayée par l’Office régional de placement (ORP) de Lausanne. Document que «Le Matin» a pu consulter. Le descriptif du poste pour six vendeurs(euses) fait également mention que l’employé idéal doit avoir entre 16 et 30 ans.

«Cette offre est discriminatoire et potentiellement en infraction avec l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’Union européenne, reconnaît sans détour le chef du Service de l’emploi, François Vodoz. Ce n’est pas normal qu’elle ait été transmise, tant à cause de l’âge que de la nationalité. Nous avons des directives claires en interne. Il s’agit d’une erreur manifeste.» L’ORP lausannois précise que ses services avaient soumis plus de 2200 offres durant le mois de février 2017. L’offre en question a été proposée à vingt et une personnes de douze nationalités différentes.

Ci-dessus, l'offre d'emploi incriminée. Crédit: LMS

Ci-dessus, l'offre d'emploi incriminée. Crédit: LMS

C’est l’enseigne Bio c’ Bon qui a mis au concours ces postes vacants. Lorsqu’on mentionne le paragraphe incriminant, Arthur de Fouquières, responsable de l’enseigne en Suisse, évoque une erreur de communication avec l’ORP lausannois. «Nos employés viennent de tous horizons, souligne-t-il. Nous engageons des gens sans aucune restriction. Par souci de simplicité, nous préférons qu’ils habitent dans la région.»

Installée depuis juin dernier à Lausanne, cette entreprise française ouvrira trois magasins dans l’arc lémanique d’ici à l’été, à Renens, à Nyon puis à Genève. Arthur de Fouquières met d’ailleurs en avant la croissance de Bio c’ Bon. «Forts de notre succès, nous sommes une entreprise créatrice d’emplois dans la région. Nous avons ainsi un besoin important en recrutement.»

Précédent genevois

Selon nos recherches, l’offre lausannoise a été réalisée à partir d’un document de l’Office cantonal de l’emploi genevois, qui, lui, regrette une faute d’inattention. Il est alors signalé que la chaîne recherche «principalement des Suisses». Sur ce point, Arthur de Fouquières mentionne l’inexpérience d’un jeune employé et rappelle que ce passage ne «représente pas l’approche de l’entreprise». L’offre en question a été depuis modifiée.

Votre opinion