Réchauffement: Lausanne: matos suspect à la marche pour le climat
Actualisé

RéchauffementLausanne: matos suspect à la marche pour le climat

La cause environnementale a drainé, pour la quatrième fois, des milliers de personnes dans les rues helvétiques, samedi.

1 / 16
Une femme donne de la voix pour le climat à Zurich (Samedi 6 avril 2019)

Une femme donne de la voix pour le climat à Zurich (Samedi 6 avril 2019)

Keystone
Les rues zurichoises ont été envahies par de milliers de manifestants (Samedi 6 avril 2019)

Les rues zurichoises ont été envahies par de milliers de manifestants (Samedi 6 avril 2019)

A Zurich, ils étaient 15'000 à manifester pour le climat. (Samedi 6 avril 2019)

A Zurich, ils étaient 15'000 à manifester pour le climat. (Samedi 6 avril 2019)

Quelque 8000 personnes ont participé samedi à Lausanne à la 4e marche pour le climat. Avant qu'elle ne démarre, la police a intercepté du matériel destiné à des dégradations et retenu une dizaine de personnes.

Les organisateurs avaient annoncé vouloir mener plusieurs «actions positives» permettant de se réapproprier la ville tout au long de la marche: notamment peindre des espaces pour les cyclistes et piétons et lutter contre l'invasion publicitaire en recouvrant des affiches.

Samedi, la police de Lausanne a mené une action préventive en contrôlant et identifiant des gens avec du matériel suspect, afin de garantir le bon déroulement de la manifestation. Elle a saisi huit caddies, 25 litres de peinture, et 13 sprays, ainsi que du matériel destiné à être utilisés dans le cadre de dégradations, a détaillé Raphaël Pomey, porte-parole de la police de Lausanne.

Sit-in à Montbenon

Peu après 15h00, le cortège, composé d'enfants, de jeunes et de moins jeunes, est parti sans les personnes contrôlées. Les manifestants se sont arrêtés devant le Tribunal de Montbenon. Ils ont fait un Sit-in pour réclamer la «libération de leurs camarades».

Les négociations en ce sens avec la police ont abouti. Les personnes en question ont pu rejoindre le défilé qui a repris en direction de la place de la Riponne. Symbole de la manifestation, un arbre à rêves a été planté sur la place en face du Palais de Rumine sous la forme d'un petit pommier.

Pour le reste, la manifestation s'est déroulée sereinement. «Plus chaud, plus chaud que le climat», «oui, oui oui à l'écologie, non à la pollution» ont scandé les participants. Ils portaient des dizaines de pancartes rappelant l'urgence climatique et demandant des actions rapides.

Lors de la première grève du climat en Suisse, le 18 janvier dernier, Lausanne avait réuni plus de 8000 jeunes dans ses rues. Au deuxième épisode, le samedi 2 février, 10'000 personnes s'étaient mobilisées. Le vendredi 15 mars, 10'000 élèves et apprentis avaient défilé pour la planète.

Les Suisses manifestent à nouveau pour le climat

Des milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées samedi après-midi dans plusieurs villes de Suisse pour manifester pour le climat. A Berne, ils étaient quelque 8000, selon les premières estimations.

Il s'agit de la quatrième journée de mobilisation pour la cause environnementale. Plus de 50'000 jeunes étaient déjà descendus dans les rues le 15 mars dernier, après deux premières grèves du climat le 18 janvier et le 2 février.

Cette fois, il n'y avait pas que des jeunes dans les rues, mais des participants de tout âge. Si les grandes villes ont attiré plusieurs milliers de participants, les villes moyennes comme Bienne, Olten (SO) ou Thoune (BE) ont également vu défiler plusieurs centaines de personnes.

(ats)

Votre opinion