Vaud: Lausanne-Renens: le projet de tram va de l'avant

Publié

VaudLausanne-Renens: le projet de tram va de l'avant

Le Tribunal administratif fédéral a donné son feu vert pour le défrichement de la forêt du Flon dans le cadre du futur tramway Lausanne-Renens.

Rue des Côtes-de-Montbenon dans le quartier du Flon.

Rue des Côtes-de-Montbenon dans le quartier du Flon.

Photo d'illustration, Keystone

Attendue depuis des mois, la décision du Tribunal administratif fédéral (TAF) sur l'avenir de la forêt du Flon est tombée. Cette décision permet au futur tramway Lausanne-Renens d'aller de l'avant. Un point de presse est prévu en début d'après-midi.

La Haute Cour a formellement rejeté le recours contre la liaison routière Vigie-Gonin, donnant son feu vert à un défrichement de la forêt du Flon. Mais cette décision intervient alors que la donne politique a changé.

L'automne dernier, le quotidien «24 heures» avait annoncé l'abandon de la rampe Vigie-Gonin, qui devait sonner le glas de la forêt. Les autorités avaient refusé de confirmer cette information tant que la décision du TAF n'était pas tombée. Un point de presse est désormais annoncé à 14h00 en présence de la conseillère d'Etat Nuria Gorrite et de représentants de la ville de Lausanne.

La décision de la Haute Cour permet au projet de tramway entre Lausanne et Renens d'aller de l'avant. Et ceci, selon toute vraisemblance, sans raser la forêt du Flon.

Conditions remplies

Dans son arrêt publié mercredi, le TAF souligne pourtant que les conditions légales pour autoriser le défrichement de la forêt sont remplies. Cette coupe «n'occasionnera pas d'atteinte sérieuse à l'environnement et respecte le principe de la proportionnalité». En outre, elle sera compensée sur le territoire même de la commune de Lausanne. Pour les juges de Saint-Gall, la réalisation de la liaison routière Vigie-Gonin impose un passage par la forêt du Flon.

Cette rampe routière s'inscrivait dans le Projet d'agglomération Lausanne-Morges (PALM) qui prévoit notamment la circulation en site propre du nouveau tram t1 entre Renens-Gare et Lausanne. Afin de libérer la rue de Genève, il était prévu en effet de détourner le trafic routier par la rampe Vigie-Gonin.

Saga judiciaire

En février 2018, le TAF avait estimé que la liaison n'avait pas été régulièrement approuvée par l'Office fédéral des transports (OFT) car cet aménagement routier ne relevait pas de sa compétence. L'autorisation de défrichement était donc également contraire au droit.

En mai 2019, le Tribunal fédéral avait admis le recours des Transports publics lausannois (TL). Il concluait au contraire que Vigie-Gonin s'inscrivait dans le cadre d'un projet de transports publics plus vaste et relevait donc bel et bien de la compétence de l'OFT.

La décision du TAF n'est pas définitive et peut être encore attaquée devant le Tribunal fédéral. (arrêt A-2229/2019 du 19 février 2020)

(ats)

Ton opinion