Publié

FootballLausanne renoue avec la victoire

Sevrés de succès lors de leurs cinq derniers matches, les Vaudois ont dominé le FC Vaduz, mercredi à la Tuilière.

par
André Boschetti, Lausanne
Aldin Turkes a marqué deux buts à Benjamin Büchel.

Aldin Turkes a marqué deux buts à Benjamin Büchel.

Keystone

Le Lausanne-Sport a profité de la venue à la Tuilière du FC Vaduz pour signer sa première victoire dans son nouveau stade. Trois points qui permettent aux Lausannois de se hisser à la quatrième place du classement.

Longtemps, ce duel entre les deux récents néo-promus en Super League a pourtant donné lieu à un vrai spectacle de Challenge League. Et encore, de piètre qualité. Truffée d’erreurs techniques et de mauvais choix, cette rencontre a donc été, tout au long des 45 premières minutes, insipide et sans le moindre geste digne d’être relevé.

Dans ces conditions, ce sont inévitablement les erreurs qui engendrent les occasions. Et la plus nette de la première mi-temps était à mettre au crédit de Vaduz, avec l’involontaire complicité du Lausannois Boranijasevic. Seul à la réception d’un centre adverse trop long, le défenseur serbe remettait d’un parfait plat du pied le ballon dans l’axe pour… Cicek. Implacable trois jours plus tôt face au FC Sion, le buteur de la Principauté cadrait mal une reprise de 16 mètres pourtant beaucoup moins difficile que celle qui lui avait permis d’enterrer les Valaisans, dimanche.

Côté lausannois, les téléspectateurs ont dû se contenter de deux conclusions (8e et 34e) largement manquées par un Aldin Turkes toujours perclus de doutes, et d’un ballon que Loosli, pourtant bien placé face à Büchel, n’a pu qu’effleurer (9e). C’est tout.

Le but de la délivrance

Malgré une prestation collective décevante, Giorgio Contini ne changeait rien durant la pause. Peut-être pour donner une chance à ses titulaires de se racheter. Bien lui en a pris puisque le LS prenait l’avantage peu avant l’heure de jeu. Bien servi par Zekhnini, Turkes butait sur Büchel mais le renvoi du gardien liechtensteinois échouait dans les pieds de Geissmann. La reprise du milieu de terrain lausannois était ensuite déviée par le bras de Wieser et après avoir visionné la VAR, M. Cibelli accordait un penalty logique. Puis expulsait le fautif.

Une sanction que Turkes transformait en un avantage déterminant (59e). Mis en confiance par cette réussite, le buteur helvetico-bosnien doublait joliment la mise sept minutes plus tard. Avant que Geissmann ne donne au score une allure plus sévère encore pour Vaduz.

LS - Vaduz 3-0 (0-0)

Tuilière. Huis clos. Arbitre: M. Cibelli.

Buts: 59e Turkes (penalty) 1-0, 68e Turkes 2-0, 80e Geissmann 3-0.

LS: Diaw; Loosli, Jenz, Nanizayamo; Kukuruzovic (73e Barès); Boranijasevic, Geissmann (81e Da Cunha), Puertas, Flo (73e Tsoungui); Zekhnini (65e Guessand), Turkes (73e Brazao).

Vaduz: Büchel; Schmied (73e Prokopic), Schmid, Simani; Dorn, Gajic, Wieser, Hug (46e Gasser); Cicek (81e Di Giusto), Coulibaly (73e Sutter); Djokic (61e Lüchinger).

Avertissements: 34e Wieser, 40e Zekhnini, 42e Nanizayamo, 63e Puertas, 90e Dorn.Expulsion: 59e Wieser (deux avertissements).

Notes: LS sans Schmidt (blessé), Gétaz, Koura, Rapp ni J. Monteiro (hors cadre). Vaduz au complet.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
39 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

CC7

03.12.2020 à 16:12

C'est en battant les équipes de bas de classement que le LS se sauvera parce que le quatuor de tête un trop fort pour eux. Du renfort au prochain mercatique ne serait pas un luxe. Aussi trouver un bon gardien et un buteur!

Ls pas mal

03.12.2020 à 12:59

Donc 20 des 30 commentaires sont rédigés par le même type qui multiplie les pseudos pour attaquer Cisse et Diaw. Quels point commun entre ces deux personnes? On se le demande. Visiblement, les performances sportives passent au second plan quand on ne voit que la couleur dss gens et le copinage avec d'anciennes demi gloires locales. Triste mais heureusement pas le reflet du public

Citoyen Lausannois

03.12.2020 à 11:14

Que j'étais content lorsque le projet de stade au bord du lac a été accepté. Enfin il ne ferait plus un froid glacial lors des matches entre fin octobre et début avril. Hélas, le responsable des SI de l'époque avait des intérêts économiques nettement plus importants que la volonté populaire.