Publié

FootballLausanne reprend sa marche en avant

Sans rassurer, les Vaudois ont laborieusement pris le dessus sur un très faible FC Chiasso (2-1).

par
Sport-Center
Zeqiri avait rapidement ouvert le score en début de rencontre.

Zeqiri avait rapidement ouvert le score en début de rencontre.

Le Lausanne-Sport a mis fin à sa série de cinq matches sans la moindre victoire. Il ne pouvait d’ailleurs pas en être autrement face à une opposition aussi pauvre que celle qu’a offerte le FC Chiasso, mardi à la Pontaise. Lanternes rouges d’un championnat où ils ne risquent pas la relégation, les Tessinois ne se sont déplacés à Lausanne qu’avec quatorze joueurs seulement! C’est dire l’importance que ce club exsangue accorde à cette fin de saison.

Malgré cela, le LS n’a pas survolé les débats comme ses supporters l’espéraient. Loin de là même. Pour qu’il prenne un double avantage peu après le quart d’heure, il aura fallu que leurs adversaires leur offrent deux authentiques cadeaux. Le premier sous la forme d’une relance de Piccinni dans les pieds de Dan Ndoye. Tout heureux de l’aubaine, le futur Niçois transmettait le ballon à Zeqiri qui le déviait hors de portée de Jacot. Dix minutes plus tard, c’est Bastien Conus qui propulsait dans son propre but un tir de Ndoye dévié par Jacot. Une grossière erreur technique car le défenseur tessinois semblait avoir le temps de dégager le ballon.

Sous les yeux de Thomas Bach

Mis un peu en confiance, le LS s’offrait ensuite plusieurs opportunités de se mettre définitivement à l’abri. En vain et sur un contre, Cygaz, seul face à Castella suite à une belle intervention défensive de Monteiro sur Balhoul, pouvait réduite le score sur le premier tir des Tessinois.

Un coup de semonce qui replongeait le leader de Challenge League un peu plus dans le doute. D’où une seconde mi-temps plus pauvre encore que la première. Pour preuve, Giorgio Contini s’est senti obligé de faire entrer les expérimentés Kukuruzovic et Schneuwly pour éviter un traumatisant accident.

Deux corrections suffisantes pour ne pas subir une égalisation qui aurait probablement eu des conséquences psychologiques irrémédiables pour le LS mais pas pour réussir à inscrire ce troisième but au moins synonyme de fin de partie tranquille. Observateurs plus ou moins attentifs de ce match d’un niveau affligeant, Thomas Bach, Dominique Blanc et Patrick Vieira ont dû s’ennuyer ferme.

----------

LS - Chiasso 2-1 (2-1)

Pontaise 1000 spectateurs. Arbitre M. Huwiler.

Buts 7e Zeqiri 1-0, 17e Conus (autogoal) 2-0, 39e Cyzas 2-1.

LS Castella; Schmidt, Nganga (46e Nanizayamo), Monteiro, Flo (46e Gétaz); Pasche, Bares (67e Kukuruzovic), Puertas (67e Schneuwly); Ndoye, Turkes, Zeqiri (78e Oliveira).

Chiasso Jacot; Hajrizi, Piccinni, Conus; Berzati (85e Zahaj), Nzila (65e Martorana), Huser, Cyzas, Gamarra; Bahloul, Doldur. Avertissements 22e Conus, 27e Berzati, 44e Gamarra, 70e Doldur, 82e Pasche, 87e Huser.

Notes LS sans Loosli (blessé), Geissmann, Dominguez ni Boranijasevic (non convoqués). Chiasso sans Wolf (suspendu), Guarnone, Almeida, Antunes, Bellante, Bnou Marzouk, D’Ippolito, Dixon, Hadzi ni Kryeziu (blessés).

Sport-Center

Première défaite du SLO depuis la reprise

Bien sûr, les moyens et les ambitions (actuelles) sont différentes. Bien sûr, GC est, sur le papier, presque ce qui se fait de mieux en Challenge League, alors que Stade Lausanne Ouchy représente plutôt la bonne surprise de l’exercice. C’est le «petit» qui s’est rapidement adapté à sa nouvelle catégorie de jeu et qui, mieux, s’est bonifié au fil des semaines et des matches. Bien sûr toujours, GC, lancé dans son opération remontée sur le LS, ne pouvait pas se permettre de perdre des plumes dans son Letzigrund décoré de spectateurs en carton. Bien sûr... Mais voilà, ces évidences ne doivent pas nous empêcher de se dire que si Mme Staubli avait été secondée par les images de la télévision et quelques experts ès gros plans au ralenti, elle aurait peut-être pu donner un penalty au SLO à la 14e minute. Ce qui, d’ailleurs, lui aurait évité de devoir avertir Ndongo, à l’origine et à la conclusion de cette rapide action sur la gauche qui allait se terminer avec une main baladeuse zurichoise. Pas penalty, mais jaune! Puis, onze minutes plus tard, penalty (faute de Gaillard sur Chagas) et goal pour GC. Pas un hold-up, non, mais un arrière-goût amer au moment de la pause, ce d’autant plus que Ndongo encore (27e), Tavares (33e), Lahiouel (35e) et Perrier (38e) avaient rappelé que le terme abandonner ne faisait pas partie du vocabulaire du Stade Lausanne Ouchy. Le SLO termine à dix Mais voilà, on peut avoir les meilleures intentions du monde, on peut montrer un certain culot (bonne entrée de Delley), on ne peut rien contre un adversaire cette fois plus fort, qui va bénéficier d’un deuxième penalty (Laugeois retient légèrement un adversaire), avant de régler l’affaire dans la foulée, qui précède un bijou de coup-franc signé Fehr.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!